Copy
Benoît Guevara
Aujourd’hui, je souhaite m’adresser à vous, gens de gauche.

Ça va bien? Vous arrivez à vous allonger? Ça ne vous fait pas trop mal cet énorme poignard planté dans votre dos?

Vous êtes de gauche, vous vous pensez plutôt gentils, mais visiblement les politiques eux, vous voient comme des cons. Pire, les politiques «de gauche» vous prennent pour des demeurés. Ces derniers temps, on s’est tous bien payé la tête des LR, mais vous avez vraiment l’impression que le PS fait tellement mieux?

Soyons clairs. Ce parti se targue de modernité avec ses primaires –franchement, la première fois où ils en ont organisées on aurait cru qu’ils avaient découvert l’électricité. Des électeurs de gauche s’emmerdent à aller voter deux dimanches pour ça. Ils choisissent un candidat –a priori plus pour son programme que pour son extraordinaire magnétisme personneL. Et ensuite, les cadres du parti font la moue, boudent un peu, et puis finalement au mieux font preuve d’un silence assourdissant, au pire vont soutenir un autre candidat.  

Vous avez pas l’impression qu’ils se foutent allègrement de votre gueule? La semaine dernière, on a tous joué à actualiser le compteur des lâcheurs de Fillon, mais on peut aussi s’amuser avec le compteur des soutiens socialistes à Macron (mis au point par des fillonistes). On fait preuve d’une indulgence suspecte envers le Parti socialiste. C’est juste dingue de voir ce parti ne pas soutenir son candidat, comme si c’était normal. Vous me direz, ils avaient fait la même chose avec Ségolène Royal dont l’appareil du parti avait soigneusement scié la planche pendant toute la campagne. Mais elle était clairement ciblée comme femme, victime du sexisme.

Cette fois, ils trouvent le programme de Hamon «dangereux». Sérieusement? Ils expliquent que eux, ils vont choisir Macron parce qu’ils sont réformistes. Alors là, si vous avez un minimum de culture politique de gauche, vous devez vous étouffer. À les entendre, on a l'impression que Hamon, c'est un dangereux révolutionnaire, une réincarnation de Che Guevara. Rappelons qu’en gros, il veut un RSA amélioré, pas la collectivisation des moyens de production. Il rêve d’éoliennes et de panneaux solaires, pas d’insurrection armée pour prendre le pouvoir. Benoît Hamon est social démocrate. Le mec a été ministre de François Hollande. Il n’est pas marxiste-léniniste. Mais que les cadres du PS ne le jugent pas assez réformiste, ça en dit long sur leurs idées politiques.

Surtout, ça dit qu’ils aiment bien la démocratie quand les gens votent comme eux.

Alors certes, j’entends bien leur argument d’éviter le FN à tout prix. Mais d’un point de vue intellectuel, c’est quand même sacrément paradoxal de fouler aux pieds le processus démocratique de leur propre parti pour éviter la candidate du FN parce qu’elle n’est pas assez démocrate. En outre, leur calcul ressemble à celui de mecs enfermés dans une énorme bulle de savon. Leur idée que les citoyens vont choisir Macron plutôt que Le Pen me parait boÎteuse. Pour beaucoup, Macron = candidat des banquiers (désolée du raccourci mais les électeurs votent d’après une somme d’impressions plutôt que rationnellement). Or, entre Macron le banquier et Le Pen, pas certaine que la majorité des électeurs fera le même choix que ces cadres du PS.

Mais surtout, ils n’ont pas l’air de se rendre compte une fraction de seconde de la manière dont ils traitent leurs électeurs. Les électeurs de gauche se sont déjà fait bien enflés par François Hollande, ils ont avalé des couleuvres de type tropicales pendant cinq ans, bonne pâte, ils se traînent à leurs primaires, et là on leur dit «ah non, désolé, vous n’avez pas voté comme il fallait».

Bravo le Parti socialiste, venez donner des leçons de démocratie à la droite, drapez-vous dans votre lutte pour sauver la France d’un parti anti-démocratique.

Pendant ce temps 

Pendant que le PS et LR se payent la tête de leurs électeurs traditionnels, le Front national ne fait rien. Marine Le Pen n'a même plus besoin de parler. Elle n'a pas besoin de programme. Elle pourrait passer la suite de la campagne peinarde chez elle en pyjama. Voilà un article très intéressant qui analyse justement la manière dont il lui suffit de faire fructifier les décennies précédentes de militantisme FN. Le FN n'est plus producteur d'une vision du monde, il est devenu rentier de son passé.

À lire aussi sur Slate

Qu'est-ce que le peuple de droite? Existe-t-il une droite de masse? Retour sur trente ans d'histoire des rapports entre les dirigeants de droite et leurs électeurs.  

Cette semaine dans Transfert, l'histoire bouleversante d'un adolescent alcoolique et héroïnomane dont le beau-père va abuser après le décès de sa mère dans un accident de la route sanglant. Naan. Je plaisante. C'est même exactement l'inverse: un épisode rigolo sur le sans-gêne de certaines personnes, et surtout pourquoi on est incapable de gueuler sur ceux qui clairement se foutent de nous.

On sait que les villages français sont désertés. Mais nos villes moyennes ne se portent pas mieux. La semaine dernière, un excellent article du New York Times (ici en version française) dressait un tableau triste d'Albi. Retour sur les travaux récents sur le sujet, la manière dont le territoire se morcelle à la faveur des périphéries.

Cette semaine, il y a aussi eu la journée internationale des droits des femmes. L'occasion de revenir sur les chiffres officiels et comment certains indicateurs sont à prendre avec des pincettes.

 Sur mes internets personnels

Vous l'avez déjà lu sans doute mais c'est une nécessité de le redire: Denis Baupin n'a pas été innocenté. L'affaire a été classée sans suite à cause de la prescription.

Banksy ouvre un hôtel en Cisjordanie

                                         __________________________

Un ancien prof d'un lycée de Seine-Saint-Denis a suivi pendant dix ans ses anciens élèves pour savoir ce qu'ils deviennent, entre rejet de leurs origines et besoin de réconciliation. 

Il faut absolument regarder cette série de photos sur la réalité de la vie des enfants dans les camps de réfugiés. Pour en rendre compte, on a effacé le fond. On voit juste l'enfant. Ensuite, on clique et le décor apparaît. C'est extrêmement fort.

Emma Watson a posé les seins légèrement dénudés et hop, on lui a enlevé son brevet de féministe. Comme elle l'explique «le féminisme n'est pas un bâton servant à frapper d'autres femmes».

Pourtant, c'est exactement ce à quoi on a assisté en France cette semaine. Glamour se fend d'un édito au-delà de toute bêtise sur les féministes. Certaines, comme Nadia pour Slate, lui ont répondu. Et après, d'autres comme Peggy Sastre ont répondu à leur tour aux réponses

Sur Twitter, Pénélope Bagieu a écrit l'autre jour qu'elle passait une mauvaise journée et elle a demandé aux gens de lui donner de bonnes nouvelles. C'est assez marrant de lire les réponses, ça donne une idée de ce qui rend les gens joyeux. Semble arriver en 1 la météo. Un rayon de soleil et ça repart. En 2 la bouffe. Et ensuite, des bouts de vie racontés par des inconnus. Les bébés arrivent en bonne place. Des déménagements. Des cancers en voie de guérison. Des histoires de boulot. «Mon élève du Bangladesh a pas arrêté de bavarder car maintenant il sait parler français et il a des copains.» C'est un joli échange. 

Conseil culture

J'ai toujours bien aimé la série Girls, sans toutefois comprendre l'emballement absolu autour de cette série. C'est évidemment une question de génération. Mais aussi, il y manquait de pieu et de vampires. 

Mais bref, je regarde la dernière saison et là, c'est une excellente surprise. Il se passe un truc incroyable: les personnages évoluent enfin vraiment. Débarrassée de son mec et de sa meilleure amie, l'héroïne à la fois se recentre et avance. Se confronte au monde et à elle-même. Assume ses ambitions. On a beaucoup parlé de l'épisode 3 sur la culture du viol (effectivement très réussi) mais le suivant est aussi très beau. 

Reste un problème: Marnie. Il est temps qu'elle se jette sous les roues d'un Uber qu'on en finisse. 
Facebook
Twitter
Website