Copy
Vous les femmes
Mes chers amis,

On ne nous avait pas prévenus mais, cette semaine, c’était la fête des femmes.

Lundi, on apprenait une sombre histoire de viol d’une jeune femme alcoolisée et droguée -à moins qu’il ne s’agisse de «libertinage peut-être un peu poussé» d’après les dires de l’avocate d’un des deux hommes. La justice tranchera si le libertinage inclut la pénétration avec une bouteille quand on est semi inconsciente. Quoi qu’il en soit, j’ai été perturbée par la manière dont un journaliste de France Inter a décrit la vidéo du viol (ou pas viol). Il y avait dans sa voix une fascination perverse très dérangeante.

Le même jour, on découvrait qu’il y aurait eu plus d’une centaine d’agressions à caractère sexuel la nuit du 31 décembre en Allemagne, et au moins un viol. Des groupes de copines se sont retrouvés encerclées par une trentaine d’hommes qui en profitaient pour les toucher, leur palper les seins, les fesses, le sexe.

Mercredi, la sélection du grand prix d’Angoulême faisait polémique. Riad Sattouf demandait à être retiré de la liste au vu de l’absence totale de femmes parmi les trente sélectionnés. Du coup, chaque auteur pourra voter pour qui il veut, sans liste imposée.

Ces informations en vrac nous disent une chose: les femmes ne sont toujours pas les égales des hommes, elles subissent des formes diverses de domination. Ah si! Attendez, on a aussi appris que la journaliste syrienne Ruqia Hassan avait été tuée par l’État islamique. Pas exactement la forme d’égalité qu’on souhaitait.



Aux États-Unis, Sandra Bland cumulait les handicaps: femme, noire, militante du collectif Black Lives Matter qui lutte contre les violences racistes policières. En juillet dernier, elle est interpellée par un policier pour avoir oublié de mettre son clignotant en changeant de voie. Elle va s’en tirer avec une amende, mais il veut qu’elle éteigne sa cigarette. Elle répond qu’elle est dans sa voiture, qu’elle fait ce qu’elle veut. Il l’extirpe de force et l’arrête. (Vous pouvez aller voir la vidéo de l’arrestation, c’est stupéfiant.) Sandra Bland meurt trois jours plus tard dans sa cellule, pendue avec un sac plastique. L’enquête conclut au suicide. On ignore ce qui s'est passé. Mais, de toute façon, elle n'aurait jamais dû se retrouver en prison. Finalement, cette semaine, le policier en question a été... licencié. 



Dernière info du moment, Bill Cosby échappe à deux inculpations d’agression sexuelle pour cause de délai de prescription et de preuves insuffisantes.

La semaine des femmes donc.   

Romain, victime du 7 janvier

Romain, c'est l'homme qui faisait un jogging le 7 janvier en début de soirée à Fontenay-aux-Roses quand il est tombé sur un homme armé qui lui a tiré dessus. Pourquoi? Aucune idée mais il s'est pris trois balles, dont on a découvert plus tard qu'elles venaient d'une arme utilisée par A. Coulibaly dans l'Hyper Cacher. Il faut aller lire son témoignage, assez dingue. Et notamment sur le fait qu'il est certain que ce n'est pas A. Coulibaly qui lui a tiré dessus (rapport au fait que le tireur n'était pas noir)

À lire aussi sur Slate

Les terroristes sont-ils rationnels? Le sociologue Gérard Bronner s'intéresse à la manière dont se construit une pensée extrême (et dangereuse). Mais ce n'est pas de la sociologie dans le sens où on l'entend d'ordinaire. Là, il s'intéresse plutôt aux grenouilles. Plongées dans de l'eau bouillante, elles cherchent à s'enfuir. Si on les met dans une eau qui chauffe progressivement, elles vont y rester peinardes jusqu'à la mort. CQFD.

Twitter serait en train de tester la possibilité de faire éclater le cadre rigide du tweet. La longueur maximale passerait de 140 caractères à 10.000. À l'usage, je trouve que c'est une bonne idée, ça pourrait permettre à certains de développer leurs pensées -comme nous l'explique Vincent Manilève. Mais, dans le fond, le but de Twitter est évidemment de garder les internautes captifs en fermant de plus en plus le web. Plus besoin de cliquer pour aller ailleurs que sur Twitter.

Attention, je vais faire un truc dégueulasse, regardez. Je vous conseille ce lien vers un article que je n'ai même pas lu. Beurk. C'est ignoble. Mais à ma décharge, il parle de Making a murderer, la série documentaire de Netflix, et j'en suis à l'épisode 7 (sur 10) et je n'ai aucune envie qu'on me spoile la fin. Donc je ne lis rien dessus. (C'est difficile de résister à la tentation quand même.) Mais c'est l'occasion de vous dire: regardez-la, c'est trob1.

Quand l'État palestinien construit une ville. On a plutôt l'habitude de voir des immeubles délabrés et des reportages sur la pauvreté en Palestine. Pourtant, voici Rawabi, une ville moderne et un projet immobilier grandiose pour la région qui est en train d'éclore.

  Repéré par Reader

Il y a embouteillages de commémorations cette semaine. Du coup, l'anniversaire (drôle de mot en la circonstance) de la mort de Mitterrand passe un peu à la trappe. Mais ça vaut le coup d'aller lire ce récit de l'AFP sur la manière dont l'organisme a géré l'annonce. On fait le procès d'internet et des chaînes d'infos qui font la course pour être les premiers à publier une information. Eh bien, en 1996, la pression n'était pas moindre. Il était hors de question que l'AFP ne soit pas la première à annoncer le décès de l'ancien président.

Si vous voulez faire une petite pause dans votre journée de labeur acharné, vous pouvez jouer à earthpicker. On vous plante au milieu d'une photo (de Google maps), vous pouvez vous déplacer et vous devez deviner où vous êtes (pays et ville). J'avais déjà parlé d'un jeu similaire sur mon blog il y a longtemps, mais ça me plaît toujours autant comme principe. 

Besoin d'une deuxième pause? Voilà une jolie vidéo d'une minute et quarante-deux secondes sur la sexualité des animaux pour se rappeler que le but «naturel» de la sexualité ce n'est pas forcément la procréation. Ça peut être juste de nouer des liens. Ou même simplement de se faire plaisir. La preuve: les animaux pratiquent le sexe oral et la masturbation. 

Et maintenant, fini de rigoler. Un jeune homme de 19 ans nommé Michel s'est fait copieusement démonter la gueule par un policier. (Oui, il s'appelle Michel, c'était vraiment pas leur semaine.) Allez voir la photo, impressionnante. Et lire son témoignage.

 Sur mes internets personnels

Bon, on va être honnête, cette semaine j'ai vu peu de choses qui m'intéressaient sur les internets. J'en suis quand même réduite à poster ceci: chaque Américain achète en moyenne soixante-quatre vêtements par an. C'est énorme, non?  

Fabrice Nicolino, chroniqueur à Charlie Hebdo, qui s'est pris trois balles le 7 janvier 2015, a un message pour nous. (Avec du Gramsci inside, comme je vous le disais la semaine dernière.) 

Si vous avez aimé Le Projet Blair Witch, je vous conseille de vous renseigner sur l'affaire du col Dyatlov. Ça s'est passé en 1959 et le mystère reste entier. (Alors oui, je considère que, pour un évènement vieux, on a le droit de jouer aux théories du complot.) Des alpinistes sont retrouvés morts. Leurs tentes éventrées, certains gisent plus loin à moitié nus, aucune trace de bagarre mais des crânes fracturés et une victime à qui il manque la langue. Plus étrange, leurs vêtements étaient radioactifs...

Et histoire de finir la semaine moins bête qu'on ne l'a commencée, Buzzfeed vous propose quarante-deux choses que vous ignorez peut-être sur la langue française (ou plus certainement que vous avez sues et oubliées). Ex: amour et délice sont des mots masculins au singulier mais féminins au pluriel. Ou encore: le mot hymne est masculin lorsqu’il désigne un chant païen ou profane mais féminin lorsqu’il désigne un chant religieux dans la liturgie chrétienne. Mais bon, si ça vous emmerde, vous pouvez aussi juste aller voir les vingt-huit trucs chelous qui se sont passés en Bretagne en 2015. Ah les Bretons... Ils ne nous déçoivent jamais.

Conseil culture

En fait, c'est mon lien fétiche de la semaine. Un post de blog que je vous demande avec insistance de lire. Il est écrit par une femme qui est en train de lancer sa maison d'édition jeunesse. Mouais, et alors? bougonnerez-vous. Et alors, cette femme est partie d'un constat. Extrait:
«Une de mes amies blanches a eu une petite fille avec un Japonais. Une petite Émilie. Elle me racontait qu’à deux ans et demi quand sa fille croisait des bébés dans la rue, elle appelait les blancs “bébé” et elle appelait les Asiatiques comme elle, “Émilie”.
Dans les rayons de la Fnac ou n’importe quelle librairie, vous avez 47 bouquins différents sur la reine des neiges, mais 3 bouquins pourris avec des héros non blancs, qui la plupart du temps sont des clichés du genre Boubou dans la savane ou Meï fait du riz.
Je n’ai pas trouvé LA réponse à ce manque de diversité, mais j’en apporte une à mon niveau de possibilité et je vais l’expliquer, car la boîte étant en cours de création, notre site n’est pas représentatif de la vision.
On fait des livres personnalisés. Sur notre site vous pourrez créer à partir d’une même histoire un livre pour un enfant blanc, noir, métis et bien plus, et également représenter des familles monoparentales, interraciales ou homos, totalement absentes de l’édition jeunesse également!
Mais pour développer un peu plus, laissez-moi expliquer pourquoi certains trucs me foutent les boules au point de monter mon entreprise avec un gosse de 20 mois dans les pattes.
Jusqu’à la naissance de mon ptit gars, je vivais ma petite vie pépère. Je suis créa dans une agence de com, je suis de gauche, j’ai toujours été pour les causes telles que la diversité, la parité, l’égalité des chances, etc… la belle affaire.
Jusqu’à ce que je devienne maman et qu’on m’annonce le handicap de mon bébé.»

Voilà, je vous laisse aller lire la suite (oui, je fais du suspense avec le handicap de son enfant, mais que voulez-vous, tout est bon pour faire cliquer). 

Et franchement, je ne sais pas à quoi vont ressembler ces livres (d'ailleurs, elle cherche des illustrateurs et des auteurs, si vous êtes intéressés...), mais l'idée est vraiment pas conne, et ça mérite qu'on lui fasse un peu de pub.


 
Facebook
Twitter
Website