Copy
#058 - Jeudi 9 février 2017
Par Christophe Greuet  
L'ÉVÉNEMENT
Snap Inc rend publics les documents
relatifs à son introduction en bourse

La maison-mère de l’application Snapchat, Snap Inc, a rendu publics jeudi 2 février les documents nécessaires à son introduction en bourse (IPO), prévue pour le deuxième quinzaine de mars, qui pourrait valoriser l’entreprise entre 20 et 25 Md$ (Voir La Press Tech #049). Le dossier, remis à la Securites and Exchange Commission (SEC), l’équivalent américain de l’autorité des marchés financiers française, avait été dévoilé de façon confidentielle le 31 octobre dernier. Cet épais document très détaillé de près de 250 pages, était très attendu des milieux financiers et médiatiques, et a naturellement fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #SnapIPO.
Le dossier détaille de façon très précise un nombre incalculable de données et prospectives des activités de Snap Inc, de l’histoire de la société au fonctionnement de ses produits en passant par les dispositions prises en cas de décès de l’un de ses co-fondateurs. Sur le plan financier, on y apprend que Snap inc a enregistré fin 2016 un chiffre d’affaires de 404,5 M$ (en très forte progression depuis 2015), mais plus de 514 M$ de pertes. De même, Snap Inc, qui affiche un total de 158 millions d’utilisateurs actifs, constate un important tassement de l’inscription de nouveaux membres à la fin 2016. On y note également que la valeur créée par chaque utilisateur se fait principalement aux Etats-Unis : ainsi, l’utilisateur américain rapporte 2,15 $ à Snap Inc, contre seulement 0,28 $ en Europe et 0,15 $ dans le reste du monde. Une donnée probablement dûe au fait que la majorité des contrats publicitaires signés par Snapchat le sont sur le territoire américain.
Snap Inc énumère tout au long du document les risques et limitations qui pourraient freiner son activité. Sont ainsi cités son développement en Chine, qui pourrait tomber sous le coup d’un blocage du gouvernement (à l’instar de la censure d’une partie des résultats Google) ; le coût de stockage de ses données, chiffré à environ 2 Md$ par an ; le piratage des comptes de ses utilisateurs… Est également dévoilé un fait jusqu’alors inédit : ses lunettes connectées Spectacles sont considérées aux Etats-Unis comme des dispositifs médicaux, ce qui oblige Snap inc à obtenir régulièrement une autorisation de mise sur le marché par la U.S. Food and Drug Administration, qui gère les médicaments sur le sol américain.
Contrairement à ce qui avait précédemment annoncé par la presse économique (Voir La Press Tech #054), Snap Inc fait très peu référence dans le document à son positionnement dans le secteur médiatique, principalement avec sa section Discover, à laquelle n’est consacrée qu’un bref paragraphe dans la partie consacrée aux produits de la société.

Lire l'article (EN) sur The Wall Street Journal

LES NEWS
Facebook et Google lancent en France deux initiatives pour lutter contre les “fake news”

Nouveaux épisodes dans la lutte contre les “fake news” à l’approche de l’élection présidentielle. Deux des principaux acteurs du web, Facebook et Google, ont annoncé cette semaine le lancement en France de deux initiatives en partenariat avec plusieurs médias français. Facebook s’est ainsi associé à huit médias (Le Monde, AFP, BFMTV, France Télévisions, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes) afin de décliner en France l’initiative américaine permettant de signaler aux internautes le caractère douteux d’un article avant qu’ils ne le partagent. Si deux des médias partenaires signalent une information comme fausse, un drapeau apparaîtra alors en dessous de sa fenêtre de lien sur Facebook.
De son côté, Google a lancé en France, en partenariat avec l’initiative de fact-checking First Draft (Voir La Press Tech #012) et seize médias français nationaux et locaux le programme CrossCheck. Il s’agit également de permettre aux médias partenaires de vérifier la véracité des informations (articles, photos, mêmes, etc.) diffusées sur le web, sans qu’il soit pour autant précisé quel sera le type de signalement effectué une fois les “fakes” débusqués. Ces initiatives font suite au lancement, la semaine dernière, de l’outil de vérification des médias Décodex par le journal Le Monde, dont le fonctionnement a déjà fait l’objet de polémiques.

Lire l'article (EN) sur ReCode et Le Monde

Le Groupe Sud Ouest lance
son fonds “media for equity”

Acteur majeur de la presse locale, le Groupe Sud Ouest (GSO) poursuit son investissement auprès des start-up et projets innovants. Près d’un an après le lancement de son “laboratoire de l’innovation” Théophraste, GSO a annoncé la création d’un fonds d’investissement en “media for equity”. Cette forme d’investissement, également pratiquée dans des structures de TF1 et du Groupe La Dépêche, permet l’échange d’espaces publicitaires avec une prise de participation au capital d’une start-up. Pour ce nouveau projet, GSO s’est associé à 5M Ventures, fonds parisien spécialisé dans cette forme d’investissement. La première start-up choisie est Hubstairs, qui édite une plate-forme d’aide à la décoration, incubée chez Sud Ouest depuis les débuts de son accélérateur.

Lire l'article sur Le Journal des Entrepreneurs

Le site d'extrême-droite américain
Breitbart News privé d’URL en France

Créé par le très controversé Steve Bannon, devenu conseiller stratégique de Trump, le site américain Breitbart News est également à l’origine de nombreuses “fake news” publiées pendant la campagne présidentielle US. En novembre, l’agence Reuters et The Economist confirmaient l’intention du site de s’installer en France et en Allemagne, afin de profiter des échéances électorales de 2017 dans les deux pays (Voir La Press Tech #053). C’était sans compter l’intervention d’un étudiant de 22 ans, qui se fait appeler Antonin, qui vient de racheter les noms de domaine breitbart.fr, breitbartnews.fr et breitbartnewsnetwork.fr. Dans une interview au site The Verge, le jeune homme précise avoir agi afin de freiner les projets de Breitbart, dont il pense qu’il pourrait rencontrer un réel succès en France, suite à la recrudescence de sites extrémistes dans le pays. Il prévoit aujourd’hui de les rediriger les URL vers des associations luttant contre le racisme et l’antisémitisme.

Lire l'article (EN) sur The Verge

Buzzfeed News attaqué après la publication
d’un document compromettant pour Trump

Un chef d’entreprise de la tech russe, Aleksej Gubarev, a lancé cette semaine un procès en diffamation contre le site américain Buzzfeed News et son directeur de la publication, Ben Smith. La plainte fait suite à la publication très controversée, mi-janvier, sur Buzzfeed d’un dossier intégral portant atteinte à Donald Trump (Voir La Press Tech #055). Rassemblant de nombreuses notes recueillies au fil des années, le document est précédé d’un résumé arguant que les services secrets russes ont rassemblé des informations compromettantes tant sur Donald Trump que Hillary Clinton, mais n’auraient divulgué que celles mettant en cause la candidate démocrate (la fameuse fuite de ses e-mails) afin de favoriser Trump. Gubarev, qui possède plusieurs sociétés tech en Russie et aux Etats-Unis, est cité dans le dossier comme l’un des acteurs potentiels de cette surveillance. C’est pourquoi il attaque le site, affirmant que lui et ses sociétés avaient gravement pâti de ces accusations. Buzzfeed s’est excusé et a effacé son nom du dossier, mais Gubarev n’a pour l’heure pas retiré sa plainte.

Lire l'article (EN) sur CNN

L'ACTU EN 140 SIGNES

Après sa crise de gouvernance, iTélé change de nom et deviendra CNews le 27 février, avec une nouvelle grille. (CB News)


Le New York Times va lancer sa chaîne sur Snapchat Discover, basée sur sa newsleter quotidienne "Morning Briefing". (AdWeek)


La série TV "Planet Earth II" de la BBC connaîtra le 17 février une déclinaison sur Snapchat. (Mashable)


L'application Flipboard dévoile une nouvelle version permettant de créer des magazines dynamiques à la volée. (Fortune)


Une start-up lyonnaise crée le site politique ZK17.fr, pour mieux comprendre les enjeux de la présidentielle sur les réseaux sociaux. (2K17.fr)


Le New York Times lance une nouvelle offre d'abonnement permettant un accès à Spotify Premium. (NetNewsCheck)


France TV Publicité devient la régie publicitaire du pure-player Brut, publié uniquement sur les réseaux sociaux. (CB News)


Le moteur de recherche français Qwant lève 18,5 M€ de la Caisse des Dépôts et du groupe médias Axel Springer. (Les Echos)


Le site français de VOD Outbuster va diffuser le premier film intégral sur Facebook Live, "The Dirties". (Journal du Geek)

VR & THE MEDIA
Plus d’un média sur trois crée
des contenus en VR ou en AR

Ce n’est pas une surprise que les contenus en réalité virtuelle ou augmentée provoquent un réel intérêt chez les éditeurs de médias dont nombreux, principalement outre-Atlantique, ont déjà tenté l’expérience. Un intérêt confirmé par une étude du site Digiday Pulse, qui a réalisé un sondage sur le sujet pour son rapport annuel Publishing Trend Report. On y découvre que 36% des éditeurs interrogés ont déjà créé des contenus en VR ou en AR. Un chiffre qui se décompose de la façon suivante : 21% d’entre eux ont déjà édité des contenus en réalité augmentée uniquement, 13% de la VR et de la AR, et seulement 2% de la VR uniquement. Un chiffre plutôt surprenant compte tenu des nombreux contenus produits en réalité virtuelle.

Lire l'article (EN) sur Digiday Pulse

                        
lapresstech.co   |   @LaPressTech   |   #PressTech
Copyright © 2017 La Press Tech, Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Contactez-nous    Désinscription    Mise à jour des préferences






This email was sent to <<Adresse email>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
La Press Tech · -- · -- · Montpellier 34070 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp