Copy
Les actualités d'octobre - novembre 2015 de l'association des Audois à Paris
L'édito
Chers Amis,

La fin de l’année est souvent l’occasion des bilans et des rétrospectives. Il n’y a pas de raisons pour que notre association échappe à cet exercice de conscience qui, selon l’usage, précède et annonce les bonnes intentions du début d’année. Avec vous, je suis heureux de me tourner vers l’actualité de nos douze derniers mois et de constater qu’une dynamique est bel et bien lancée au sein de notre équipe. A chaque nouvelle réunion, de nouveaux membres nous rejoignent et continuent de se faire connaître. La convivialité, valeur essentielle de notre association ne manque jamais à nos rendez-vous et séduit tous les profils, de tous les âges. J’en veux pour preuve l’adhésion récente et très touchante de Rose-France Gadras, Reine des Audois à Paris 1967, qui nous a fait l’amitié de participer à notre dernière réunion. Cette belle dynamique nous donne des ailes et nous encourage dans nos efforts et nos projets.

Les communes audoises répondent également à notre appel ! Nous sommes très fiers (et moi tout particulièrement, en tant que carcassonnais d'origine) que la préfecture audoise – en la personne de son maire, Monsieur Gérard Larrat – nous ait fait part de son intérêt et ait souhaité concrétiser son soutien en adhérant à notre association. Que toutes et tous en soient ici remerciés.

A l’aube de la nouvelle année, nous vous invitons à nous réserver quelques dates dans vos agendas du premier trimestre. Dès le 8 janvier, l’association sera heureuse de célébrer avec vous la traditionnelle Galette des Rois, à la faveur d’un apéritif dînatoire. Le 14 février sera organisé le Grand Loto des Audois à Paris, un moment attendu par notre fidèle équipe, et qui vous permettra de remporter de nombreux produits venus de l’Aude. Enfin, le 22 mars 2016 aura lieu notre assemblée générale annuelle, un moment important pour notre association où sont discutés projets et axes de développement des mois à venir.
N’hésitez pas à nous contacter et à venir nous rencontrer ! Nous vous attendons nombreux pour ces nouvelles manifestations.

Dans l’attente du plaisir de vous retrouver, je vous souhaite à toutes et à tous de très belles fêtes de fin d’année.
Bon nadal e a l’an que ven !
 
—Damien Roger
 
Un grand merci aux communes de l'Aude toujours plus nombreuses qui nous soutiennent par leur adhésion.

Et bientôt vous aussi ?
Entretien avec une Audoise à Paris
Rose-France Charton-Gadras

Le 1er décembre dernier, Rose-France Charton-Gadras a accepté notre invitation pour participer au rassemblement des Audois à Paris. Près de 40 années après avoir été membre active de l’association, elle a ainsi pu découvrir les nouveaux visages des Audois à Paris qui poursuivent toujours avec convivialité l’envie de faire vivre leur attachement au département de l’Aude.
 

Quelques instants avant le début de notre réunion, nous avons pu échanger librement avec Rose-France qui a accepté de répondre à nos questions et de partager ses souvenirs. Elle a soigneusement conservé dans un cahier d’écolier de précieux documents d’archives : coupures de presse, photos, lettres - qui nous ont permis de nous replonger à une époque où l’association des audois rassemblait « le  Tout-Paris ».
Pauline Darfeuille : Dans quelles circonstances avez-vous été élue Reine des Audois à Paris ?

Rose-France Charton-Gadras : J’avais 23 ans en 1967 lorsque j’ai été élue Reine des Audois au sein de l’association des Enfants de l’Aude à Paris. Je vivais  à l’époque dans le 15e arrondissement de la capitale avec mes parents. J’avais 14 ou 15 ans lorsque j’ai commencé à accompagner mes parents lors des diverses manifestations de l’association, c’est ainsi que tout a commencé ! Ma mère, née Charrac, était originaire de Roquefort-des-Corbières ; elle était montée à la capitale pour trouver du travail. Mon père était quant à lui originaire de la région parisienne. Nous avions l’habitude de passer tous les étés dans l’Aude. J’ai ainsi fait mes études à Paris avant de devenir institutrice. Après un an d’exercice dans une école parisienne, j’ai souhaité changer complètement d’orientation puisque j’ai rejoint le secteur des assurances où j’ai consacré le reste de ma carrière.
Rose-France Charton (2e en partant de la droite)
Rose-France Charton (1ère en partant de la gauche) et sa demoiselle d'honneur Hélène Falcou
Pauline : Quels souvenirs marquants gardez-vous de ces années ?

Rose-France : J’ai d’excellents souvenirs de cette époque qui a été riche en rencontre et en partages. De ses années, je garde un souvenir tout particulier du banquet annuel. Ce dernier avait généralement lieu à la Maison de l’Aude, 26, boulevard Haussmann dans le 9ème arrondissement ou à la Mutualité dans le 5ème. Cet évènement majeur de l’association réunissait plus d’une centaine de personnes et était organisé sous le patronage d’une personnalité audoise comme Gaston Bonheur, rédacteur en chef de Paris-Match, le Préfet de l’Aude, M. Seguy ou encore Paul-Henri Vergnes, ténor à l’Opéra de Paris.
Pauline : Vous étiez particulièrement impliqué dans l’association
Rose-France : Mon titre de Reine des Audois m’a permis de participer à de nombreuses manifestations, d’autant que j’ai été réélue à l’unanimité en 1968 ! Mais ce n’est pas tout,  j’étais également membre de l’association « Mistral et Tramontane » qui rassemblait des étudiants originaires du Sud. Nous organisions de nombreux évènements dont l’incontournable Rallye de l’association.
Notre dernière réunion
Notre dernière réunion du 1er décembre chez Hélène Desbies nous a permis d'accueillir de nouveaux audois : ... et de partager de joyeuses conversations en compagnie de Rose-France Charton-Godras élue reine des Audois à Paris en 1967.
 
Les Audois à Paris célèbres
Gaston Bonheur (1913-1980)
Né en 1913 à Belvianes dans l’Aude, ce fils d'instituteurs n'a que quelques mois quand son père est tué au combat au tout début de la guerre de 1914-1918. Le futur écrivain apprend l'occitan et les choses de la vigne auprès de sa grand-mère Bonhoure, à qui il empruntera son nom d'auteur.
 

 
Poète, il est proche des milieux surréalistes avec lesquels il fonde la revue « Choc ». Il se dirige ensuite vers le journalisme et est engagé par Pierre Lazareff comme grand-reporter au quotidien Paris-Soir. En 1947, il est rédacteur en chef de Paris-Match. L’année suivante, il dirige le quotidien Paris-Presse. Il dirige également un certain temps l'empire de presse de Jean Prouvost auquel sont rattachés : Télé 7 jours, Le Figaro, France-Soir etc.

Décédé en 1980, il est enterré au cimetière de Floure, où il était propriétaire du château, devenu un hôtel aujourd’hui.
Agenda
Vend. 8 janvier 2016
Galette des rois
à 18h30 chez M.&Mme Ricard

Dim. 14 février 2016
(à confirmer)
Loto
au CHANTIER, 24 rue Antoine Hénard, Paris 12e (Métro Mongallet)


Mardi 22 mars 2016
Assemblée Générale

à 18h30

 
Pour la petite histoire...
Extrait du Bulletin de liaison des Enfants de l'Aude à Paris n°22, novembre 1964, rubrique "Echos du pays"

Le metteur en scène Gérard Oury a choisi la Cité de Carcassonne et plus particulièrement la place St Nazaire pour y filmer quelques séquences de son film "Le Corniaud". C'est ainsi que l'hôtel de la Cité est devenu l'hôtel de l'Esplanade et que le magasin du sympathique photographe Michel Bouffard a été transformé en café, avec terrasse très méridionale.
[...] Les prises de vues ont dû être interrompues à cause du froid. L'action du film se déroulant en été, on avait oublié le vent de Cers qui n'est pas fait d'illusion, comme le cinéma. Les acteurs, en tenue légère, ont vite compris.

 
Des idées à partager, vous souhaitez inviter des proches à recevoir notre newsletter, écrivez-nous !
Facebook
Email
LinkedIn
Rédactrice en chef
Pauline Darfeuille
audois.paris@gmail.com



Copyright © 2015 Audois à Paris - association, Tous droits réservés.


Pour vous désinscrire de notre bulletin, cliquez ici