Copy
No. 75 • Septembre 2015 • Produit par Olympe
DANS CE NUMÉRO...
Au menu de la 75e édition du Courrier du Mieux-être Olympe : d'abord une très belle et très concrète illustration de ce que votre générosité peut apporter à des enfants du primaire. Aussi, l'IMC mis en doute, un petit tour dans la tête des travailleurs dans la vingtaine, des bureaux qui sortent vraiment de l'ordinaire, une question politique ainsi qu'un mot qui crée un malaise. Et ce n'est pas tout.
Bonne lecture! 

Résultat très tangible

Il y a peu de choses aussi satisfaisantes dans la vie que de voir très concrètement, même mieux, pouvoir toucher à quelque chose que nous avons réalisé. Si vous avez l'occasion de passer par la rue Boisclair à Brossard, faites un détour pour trouver l'école primaire Georges-P.-Vanier et admirez la splendide cour qui vient tout juste d'être réaménagée. Il y a un peu d'Olympe... et de vous, là-dedans.

Depuis deux ans, dans le cadre de notre participation au Grand défi Pierre Lavoie, nous parrainons une toute petite école de 30 élèves, à Sainte-Rose-du-Nord. Mais auparavant, pendant 3 ans, nous avons appuyé une très grosse école primaire (805 élèves!), Georges-P.-Vanier, de Brossard. La direction de l'école avait mis cet argent de côté en vue d'un grand projet, refaire toute la cour de l'école pour favoriser le jeu et le sport.
 
Ils ont tenu parole et les travaux ont eu lieu au cours de l'été. Tant et si bien que les élèves ont trouvé pour la rentrée une splendide cour d'école toute neuve, vraiment, vraiment très belle et, surtout, un super endroit pour s'amuser en bougeant. Le directeur de Georges-P.-Vanier, Sylvain Phaneuf, est très fier, à juste titre, du résultat et il nous a fait parvenir quelques photos.
 
Vous aussi vous pouvez être fiers. Dans chacun des « poc » des ballons qui rebondissent, dans chacun des cris de joie de l'équipe qui vient de marquer un but, dans tous les pas de ces minuscules athlètes qui y mettent tout leur coeur dans une cour d'école en banlieue de Montréal, il y a aujourd'hui un peu de vous, qui nous avez soutenus dans l'aventure du Grand défi Pierre Lavoie et de La Boucle!

 
Pierre Audet
Président-directeur général
Des monticules ont été aménagés. Ils servent de cible pour certains jeux et de sièges ou points de rassemblement dans la cour.
On a redonné un air de jeunesse au terrain de basketball. Désert sur la photo... ça n'arrive pas souvent!

MIEUX-ÊTRE

Des employés plus heureux sont plus productifs, cot-cot-cot.

Un récent article de la revue Time s'attarde à la productivité dans un certain type d'entreprise aux États-Unis et aux mesures mises en place pour s'assurer que les employeurs traitent adéquatement la main-d'oeuvre. Parmi ces mesures, des espaces de travail plus aérés et un programme d'activité physique.
 
Les employeurs craignaient que ces mesures, coûteuses, car il a fallu souvent construire de nouveaux espaces de travail, nuisent à la rentabilité des entreprises. Au contraire, il s'avère que les employés ayant plus d'opportunité de bouger sont davantage productifs et plus résistants aux virus.
 
Est-ce que je vous ai dit que les travailleurs dont je parle sont des poulets? Eh oui, des poulets! Sous le titre « Nous voulons des poulets plus heureux », l'article décrit les efforts de groupes de pression pour améliorer le sort des volatiles dans les fermes industrielles. Pour vous donner une idée, on y dit que pratiquement toutes les poules pondeuses aux États-Unis vivent dans une cage de métal dont le plancher est à peine plus gros qu'un iPad.
À lire :

ACTIVITÉ PHYSIQUE

L'IMC trompeur

L'indice de masse corporelle (IMC) est une mesure couramment utilisée pour évaluer le degré général d'obésité. Il indique, selon la taille, la plage de poids associée aux risques encourus pour la santé.
 
Un bon indicateur, mais pas un indicateur infaillible, loin de là. En fait, les spécialistes ont tendance à utiliser l'IMC avec beaucoup de prudence lorsque vient le temps d'évaluer le poids « santé » d'une personne. Idéalement on a recours à des instruments plus précis pour mesurer la part de graisse puisque chaque individu est unique.
 
Selon une recherche menée par les Centers for Disease Control aux États-Unis auprès de 5000 personnes, l'IMC donnait un résultat faux dans environ 20 % des cas. On a relevé une bonne quantité de cas où une personne considérée en surpoids par l'IMC ne l'était pas vraiment. Peut-être plus étrange, on a aussi trouvé bon nombre de cas où une personne ayant un IMC de poids santé était, en fait, en surpoids!
 
Au-delà de l'aspect anecdotique, ces défaillances de mesure ont des effets négatifs réels. Comme inquiéter inutilement des personnes qui se croient obèses, laisser dans l'ignorance d'autres personnes qui pensent avoir un poids santé et même, dans certains cas, faire augmenter inutilement les primes d'assurances de gens qui sont considérés à tort comme étant « à risque » en raison de leur poids.
 
Source : The New York Times
Calculez votre IMC

RESSOURCES HUMAINES

Dans la tête des travailleurs dans la vingtaine

Des « adultes émergents ». C'est la jolie expression qu'utilise le professeur Jeffrey Jensen Arnett, de l'Université Clark, pour décrire les travailleurs dans la vingtaine. D'après lui, les travailleurs d'aujourd'hui prennent un peu plus de temps pour s'installer dans la stabilité (emploi permanent, mariage, enfants) et cela se reflète dans leur attitude au travail.
 
Un sondage qu'il a réalisé auprès de 1000 jeunes travailleurs américains a permis notamment d'apprendre qu'ils ne sont, globalement, pas plus paresseux que les travailleurs plus âgés, mais qu'ils sont moins engagés envers ou loyaux à leur employeur. Par ailleurs, ils sont prêts à travailler... mais craignent beaucoup d'être exploités. Leur rendement au travail est directement lié à cela.
 
Enfin, si vous les trouvez trop attachés à leur téléphone intelligent... vous seriez mieux de vous y faire puisque la majorité affirme ne trouver rien de mal à vérifier leur Facebook, texter ou consulter Twitter, pendant les heures de travail.
 
L'article complet, publié dans la Harvard Business Review, se trouve ici.

ERGONOMIE

Des bureaux vraiment spéciaux

Si vous en avez plein le dos de votre espace de travail, au propre comme au figuré, vous apprécierez les sept propositions de bureaux très originaux recensés par le blog DLVR.IT (lire « deliver it »). En fait, même si votre aménagement de bureau vous convient parfaitement, nous vous suggérons vraiment d'aller voir les images de ces postes de travail étonnants, créatifs ou même carrément bizarres.
 
On vous le promet, à lui seul, le bureau « La roue du hamster » mérite largement le détour!

SANTÉ ET SÉCURITÉ

L'importance de la RCR

Ce n'est pas parce qu'une chose est présente dans l'environnement de travail depuis longtemps qu'elle perd de son importance. Prenez la RCR, la réanimation cardiorespiratoire. De nombreuses organisations inscrivent régulièrement ce thème à leur programme de formation et c'est très bien.
 
Si on a besoin de s'en convaincre, il suffit de lire un texte du Time à propos d'une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association. On y rapporte une augmentation importante du nombre de personnes en situation de détresse cardiorespiratoire qui ont reçu une intervention rapide venant d'une personne formée en RCR. Mais surtout, on constate que chez les personnes qui ont reçu ces interventions rapides, le taux de survie est plus important et les dommages permanents passablement moindres.
 
En résumé, une intervention en RCR peut sauver des vies et réduire la gravité des séquelles, particulièrement au cerveau. Pour en savoir plus sur les formations disponibles, cliquez ici.

COMMUNICATION

La communication interne en 10 conseils

Venant du blog français MadMagz, une infographie intéressante à propos des communications en entreprise. On y recense dix bonnes pratiques pour une communication interne efficace. Parmi elles :
- Encourager la prise de parole et le dialogue
- Faire connaître les objectifs
- Former les employés à communiquer, particulièrement à l'écrit.
- Écouter!
 
Vous trouverez ici l'infographie (en anglais) et une traduction française.

BONNE IDÉE ?

Boire 8 verres d'eau par jour

On vous dit de boire huit verres d'eau par jour? Vous trouvez que c'est une bonne idée? Détrompez-vous, c'est faux, on n'a pas besoin de boire autant d'eau quotidiennement. En fait, il s'agirait d'une erreur d'interprétation basée sur une étude datant de 1945, qui affirmait qu'un individu a besoin quotidiennement de 2,5 litres d'eau (ce qu'on a traduit par 8 verres). Mais l'étude disait aussi, et curieusement ce détail a été oublié, que la plus grande partie de cette eau se trouve dans l'alimentation normale telle que les fruits et légumes, les jus et autres breuvages et pratiquement tous les aliments.
 
Un chercheur, le docteur Aaron E. Carroll, a tenu à rectifier le tir dans le courrier des lecteurs du New York Times. Tout en indiquant que l'eau est le meilleur breuvage qui soit et qu'il est important d'en consommer régulièrement, il mentionne qu'il y a rarement lieu de s'inquiéter des risques de déshydratation. Le corps humain est une machine qui fonctionne très bien et soyez assuré que vous aurez tous les signaux nécessaires si vous venez à manquer de liquide!

NOMBRE

17

17, comme dans 17 %, soit l'augmentation de la proportion de Montréalais en surplus de poids, de 1987 à 2012. Dans un article de La Presse, Hugo Pilon-Larose attire l'attention sur ce constat tiré d'une étude du Directeur de la santé publique de Montréal.
 
Alors qu'en 1987 un Montréalais sur trois affichait un surplus de poids, aujourd'hui c'est la moitié de la population de la métropole qu'on trouve en surpoids. Curieusement, le facteur le plus clairement identifié n'est pas l'âge ou le revenu ou encore le niveau de scolarité, mais bien l'éloignement du centre-ville! Plus on habite en périphérie, plus on est en surpoids. L'étude n'avance aucune raison pour ce constat. Notre hypothèse : les résidents du centre-ville marchent ou roulent à vélo davantage que les banlieusards. Mais ce n'est que notre hypothèse.

MOT

Malaisant

L'auteur doit ici avouer un intérêt personnel, j'ai un gros inconfort (un malaise?) avec l'utilisation de « malaisant » dans le sens de « cela crée un malaise ». Par exemple dans la phrase : « J'ai rencontré mon ex avec son nouveau conjoint... c'était malaisant! »
 
Encore une fois, nous sollicitons l'avis de Guy Bertrand, de Radio-Canada. Dans son blogue, il affirme qu'on ne répertorie pas de trace de « malaisant » dans les dictionnaires contemporains, mais que le mot est tout de même assez largement utilisé dans certaines régions d'ici. M. Bertrand recommande plutôt l'utilisation de mots comme embarrassant, gênant, délicat, inconfortable.

QUESTION

Moi je vote pour...

Dans le numéro d'été du Courrier du Mieux-être, nous vous demandions comment vous entrevoyiez vos vacances estivales, en vous proposant une série de choix allant de « Très actives, je fais du rattrapage sur la condition physique », jusqu'à « Très relaxes, aucun programme, on verra bien ». Nos répondants ont opté à près de 43 % pour l'option « Toutes ces réponses ». Ce qui signifie, je crois, qu'ils souhaitaient passer des vacances à la fois très actives et très relaxes... Espérons que cet ambitieux objectif a pu être atteint.
 
Carl Lavoie, opérateur informatique à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, est le gagnant du sac de sport Olympe attribué parmi les participants au sondage.
 
Maintenant, puisque nous sommes en période électorale (si vous ne le saviez pas, vérifiez immédiatement votre pouls, il est possible que vous soyez décédé!), voici une question à saveur électorale : Quelle mesure liée à la qualité de vie au travail devrait inclure un parti politique pour obtenir votre vote?
 
Allez voter, oups, non, répondre, en cliquant ici. Et comme nous n'avons aucun problème éthique à essayer d'acheter votre vote, nous vous promettons qu'un des participants ou participantes recevra en échange de son « X » un sac de sport Olympe.

QUOI DE NEUF 

Feuillet en forme de courbe

Pour vous familiariser ou familiariser votre personnel avec le concept de la Courbe de Bradley, il y a le nouveau feuillet de sensibilisation Olympe.
 
En quelques lignes, un résumé de cette approche très populaire en milieu de travail, axée sur l'idée que les travailleurs évoluent en matière de sécurité, sur une courbe composée de quatre « stades » allant du stade réactif jusqu'à celui de l'interdépendance, niveau d'excellence.

À SURVEILLER

Le Rallye et Alizée

Le Rallye et Alizée, se sont les programmes de saine gestion du poids corporel développés par les spécialistes d’ÉquiLibre, une organisation à but non lucratif qui a vu le jour à Montréal, en 1991. Des programmes qui ont ceci de particulier (et d’unique) qu’ils ont été conçus spécifiquement pour la clientèle féminine, dans le cas d’Alizée, ou masculine, dans celui du Rallye.
« En matière de saine gestion du poids, affirme Fannie Dagenais, directrice générale de l’organisme, tout différencie les hommes des femmes : la perception qu’ils ont de leur image corporelle, les facteurs qui les motivent et même les façons de les rejoindre. Nous avons donc élaboré une approche spécifique à chacun des sexes. Au meilleur de notre connaissance, nous sommes les seuls à y avoir pensé et à avoir investi dans l’élaboration de programmes spécifiques sur la base du sexe ».
 
Une entente intervenue avec ÉquiLibre permet à Olympe d’offrir en exclusivité, dans les milieux de travail du Québec, les solutions développées par l’organisme, en particulier les programmes de saine gestion du poids.
Écrivez-nous pour plus d'information
Share
Tweet
Forward
Copyright © 2015 Olympe, All rights reserved.


Vous voulez changer la façon dont vous recevez l'infolettre ?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous retirer de la liste d'envoi

Email Marketing Powered by Mailchimp