Copy
NEWSLETTER DU 27 JANVIER 2016
  Si l' e-mail ne s'affiche pas, cliquez ici
Forward
Tweet

Casino : rien ne va plus  

L’activisme est de retour


Chers lecteurs,

La tempête boursière est généralement propice aux activistes. Et ces minoritaires rapaces qui ont leur place dans l’écosystème, sont nombreux à guetter leur proie dans l’ombre. Ainsi va la Bourse. Avec le groupe de distribution Casino, Muddy Waters a trouvé une proie de premier choix. Le titre est liquide, la communication financière montre des failles, le groupe couvert de dettes est lui même détenu par une cascade holdings endettés et pour finir un de ses principaux marchés, le Brésil qui subventionne ses denrées alimentaires avec les revenus du pétrole, est dans une mauvaise passe.
S’ajoutent à cela une class action aux Etats-Unis sur une filiale CNova récemment introduite en Bourse et dont le titre s’est effondré, ainsi qu’un risque de conflit d’intérêts qui n’est pas réglé au conseil.
On peut tous souhaiter que Casino s’en sorte bien et que les reproches qui sont exprimés ne reflètent pas la réalité mais ce n’est pas le problème des activistes qui spéculent ouvertement sur les entreprises surévaluées. 
Quelle leçon tirer de l’épisode Casino ? Qu’une transparence plus poussée des comptes et qu’une gouvernance sans faille avec moins d'ingenierie financière, aurait certainement évité de donner prise à Muddy Waters. La leçon servira à d’autres.

Bonne lecture

Le PDG Jean-Charles Naouri en eaux troubles

La martingale de Jean-Charle Naouri ne fonctionne plus. La société d’analyse financière Muddy Waters vient de donner un grand coup de pied dans la cascade de holding du PDG de Casino. Et il ne suffit pas de pousser des cris d’orfraie pour persuader les investisseurs que les activistes sont de mauvais garçons.Lire ici

L’AMF s’intéresse à l’affaire Muddy Waters-Casino

Une société peut-elle publier une analyse financière pour expliquer qu’un titre est totalement surévalué en Bourse, en même temps que son dirigeant spécule à la baisse sur ce titre ? Si la morale est offusquée, la réglementation boursière ne semble pas l'interdire, pour peu que certaines conditions soient bien respectées.Lire ici

Fitch Ratings: la note de Casino est-elle crédible ?

Jean Charles Naouri peut-il compter sur ses liens avec le président de Fitch Group, Marc Ladreit de la Charrière pour empêcher la dette de Casino de tomber dans la catégorie « obligations pourries »? La question intéresse non seulement les détenteurs de dettes mais aussi les actionnaires du distributeurLire ici

A ne pas manquer sur Arte : Déontologie financière à la Japonaise - Le scandale Olympus

Le site d'informations Deontofi.com racontait, il y a tout juste 4 ans, l'histoire du géant japonais de la photo numérique Olympus qui s'était lancé malgré lui dans un grand chantier de déontologie financière en désignant à sa tête un président d’origine britannique, Michael Woodford. Peu après son arrivée, celui-ci découvre des incohérences dans les comptes de l’entreprise. Dans les années 90, Olympus procédait à des acquisitions douteuses dans le but de dissimuler de fortes pertes et les banques encaissaient les commissions. Michael Woodford pose alors à ses collègues japonais les questions qui dérangent. Il ne sera pas soutenu par ses actionnaires et finira licencié. Cela ne l’empêchera pas de révéler l’affaire au grand jour.
Le japonais Hyoe Yamamoto rouvre le dossier de ce scandale économique dans son documentaire "Pour le bien de l’entreprise" rediffusé sur Arte ce vendredi 29 janvier à 10h30. Il dépeint un monde des affaires nippon qui fonctionne comme un club dont Woodford restera exclu, un monde de l'entreprise où la responsabilité est si diluée, qu'elle perd tout son sens. Aucun des responsables ne finira d'ailleurs sous les verrous.
Depuis cet épisode, un code de  gouvernance nippon très minimaliste est proposé aux émetteurs et les investisseurs sont appelés à prendre leurs responsabilités via un code de bonne conduite. Mais, la culture des entreprises japonaises ne changera pas du jour au lendemain. Comme toujours, l'autodiscipline n'est pas la meilleure méthode lorsqu'il faut aller vite et fort.
Lire ici
Copyright © 2015 SPHERE FINANCE PUBLICATIONS