Copy
Newsletter n°7 - Filalo !
View this email in your browser

Je suis arrivée à Athènes
Après trois mois sur la route,
Après 6000 km, traversé cinq pays,
Quatre langues sans compter l’anglais,
 
Je suis arrivée à Athènes
Après six grandes villes, une dizaine de petits villages,
Des espaces naturels, des plages sauvages et moins sauvages,
Des montagnes très hautes et moins hautes, des champs, des rivières, des lacs…
 
Je suis arrivée à Athènes
Après huit rencontres avec des chanteuses professionnelles,
Une dizaine d’enregistrement avec des moins professionnelles,
Entendu des dizaines de chansons,
 
Je suis arrivée à Athènes
Après Varna, où j’ai rencontré Irina Zhekova,
Stara Zagora, où j’ai rencontré Desislava Stefanova,
Blagoevgrad, où j’ai rencontré Magdalena Nikolova,
 
Je suis arrivée à Athènes
Après Agios Lavrentios, où j’ai participé au Music Village,
Après Parisena, une plage sauvage,
Après 8 h de route pour faire 380km en compagnie de Mikela,
 
Je suis arrivée à Athènes
Ioanna m’a accueillie comme une vieille amie,
Hier elle m’a montré le grand théâtre Hérodion,
On s’est promené le soir dans les rues d’Athènes
L’Acropole et le Parthénon nous regardait…
 

Irina Zhekova
 
Bernard a finalement réussit à joindre Irina.
On est allés boire un verre ensemble. On a passé quelques heures dans un café au centre de Varna à discuter. Les heures sont passées très vite.
J’ai enregistré une première interview en présence de Bernard, le compagnon d’Irina et une amie d’enfance d’Irina qui passait par hasard dans le quartier.
Irina vient de Varna mais habite à Bruxelles. Quand elle rentre en Bulgarie, elle prend du temps avec sa famille.
Irina s’inspire, entre autres, de ses racines bulgares et de son folklore pour composer de nouveaux morceaux. Elle est guitariste/chanteuse. Elle travaille à la découverte de sons, à un mélange de jazz, folk, pop et musiques du monde.
Dans son dernier album, qu’elle m’a offert, elle travaille en duo avec un percussionniste né au Cameroun. Leur travail réunit rythmes, percussions et instruments africains, chants, textes et rythmes bulgares.
Nous n’avons pas eu le temps d’enregistrer des chansons. Mais nous avons prévu que j’aille la voir à Bruxelles à mon retour. 



 

Desislava Stefanova
 
Je suis partie à Stara Zagora pour rencontrer Desislava.
On s’était un peu parlé à Koprivchtitsa.
A Stara Zagora, Desislava, qui vit à Londres le reste de l’année, était en vacances dans sa ville d’origine. Elle aussi avait donc peu de temps. Pour Irina comme pour Desislava, le temps passé en Bulgarie est dédié à la famille.
Nous nous sommes rencontrés dans un café à côté de chez elle.
Desislava a fondé le London Bulgarian Choir qu’elle dirige depuis 15 ans ainsi que le Chœur Bulgare-Suisse plus récent.
Elle a chanté comme soprano professionnelle pendant trois ans dans l’Ensemble National Folklorique Philip Koutev à Sofia.
A un moment, tout en me parlant, Desislava s’est mise à chanter. Comme elle parle.
J’ai pleuré.



 

Magdalena Nikolova
 
Je suis arrivée très fatiguée à Blagoevgrad.
J’ai traversé la Bulgarie en 4 jours et Magdalena était ma troisième rencontre dans le même temps.
La 2CV à peine garée, je retrouve Magdalena devant la mairie de Blagoevgrad.
Magdalena ne parle que le bulgare.
Son fils est là, il va traduire pour moi. Je pose donc des questions à Magdalena qui répond du tac-au-tac. Son fils arrive à suivre le rythme, moi beaucoup moins ! Magdalena n’a qu’une heure à me consacrer. Magdalena est très occupée, elle fait vite.
Elle est professeur de chant à l’école de musique de Blagoevgrad.
Elle est très spécialisée dans la musique folklorique de sa région. Elle enseigne et transmet la tradition musicale à des enfants, des adolescents et des jeunes.
Finalement, Magdalena m’a chanté plusieurs chansons dans le parc à côté, traduites par son fils. Très vite, très vite, mais avec un grand sourire.



 



Agios Lavrentios
 
J'ai pris la route pour la Grèce où je m’étais inscrite pour participer à un stage au sein du Music Village qui à lieu à Agios Lavrentios, pas loin de Volos. C’est une rencontre annuelle de nombreux artistes et musiciens qui s’intéressent au musiques folkloriques et traditionnelles grecques. Des stages sont donnés la journée et des concerts le soir.
La musique est partout, tout le temps. La musique, les danses que tout le monde connaît, les chants que tout le monde chante.
Le lieu est magnifique.
J’ai choisi un stage avec Theodora Athanasiou. Elle est guitariste et chanteuse. Elle dirige un stage d’harmonie dans l’accompagnement des mélodies folkloriques grecques.
Je lui dis que je cherche des chanteuses. Elle me dit qu’elle est guitariste et qu’elle chante parfois mais qu’elle n’est pas chanteuse. Je sais qu’elle a une voix magnifique car je l’ai entendue avant de la rencontrer.
Le stage se déroule autour du travail de l’instrument et je n’ai pas osé insister pour avoir une interview autour de la voix avec Theodora.
Je rencontre aussi Katerina Fotinaki. Elle fait un concert en solo avec sa guitare le premier soir.  On décide de se voir plus tard à Athènes.
 



En route pour Athènes
 
En voulant redémarrer la voiture après une semaine à Agios Lavrentios, je me rends compte qu’il y a un problème avec la batterie. La voiture ne veut pas démarrer. Je suis garée sur un talus je ne peux pas descendre pour la faire démarrer.
Je descend au village et trouve de l’aide. Apostolios m’aide avec son 4X4 à tirer la voiture hors de ce talus. Il me tracte jusqu’à la route principale qui descend à la ville. La voiture démarre en troisième, et j’arrive chez le garagiste. Il me dit que la batterie est morte et je dois la changer. On fait une révision, change une bougie morte, change la batterie. Il est déjà 17h, un peu tard pour prendre la route pour Athènes.
Je vais donc retrouver des jeunes musiciens que j’ai rencontrés au Music Village. Ils étaient intrigués par la 2CV, sont venus me parler, on aimé mon projet et m’ont proposé de les rejoindre à Parisena, une plage accessible seulement à pied de l’autre côté de la montagne. 
La plage est déserte, on chante le soir, dort à la belle étoile. Puis le lendemain je prends la route pour Athènes avec Mikela une fille du groupe qui avait prévu de faire du stop le jour même.
Sur la route un peu longue, on passe le temps en chantant. Mikela m’apprend des chants, m’écrit les paroles, les traductions en anglais. Mikela a 18 ans, elle joue du oud et elle va entrer à l’Université en musicologie à Thessaloniki où elle espère entrer dans la section oud.
A Athènes, je vais chez Ioanna, qui est une amie de Kalliroi, chanteuse grecque qui vit à Marseille. Avec Kalliroi on s’est raté à Athènes mais on se verra à Marseille à mon retour.
Ioanna m’aide à contacter Maria Kotsiri et Avgerini Gatsi.
Depuis Athènes, j’organise les prochains rendez-vous, les chanteuses sont en vacances ou travaillent et en général, sur une île !
 
 
Share
Tweet
Forward
+1
Copyright © *2015* *ciefilalo*, All rights reserved.

Our mailing address is:
ciefilalo@gmail.com 

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list