Copy
Vous ne parvenez pas à lire cet email ? Cliquez ici pour le lire sur votre navigateur.

Jupiter Président

Emmanuel Macron a qualifié sa présidence de "jupitérienne", fournissant un trésor de métaphores aux éditorialistes pour le quinquennat qui s’ouvre. Outre l’évident symbole d’autorité que sont la foudre et l’aigle, on se rappellera en temps voulu que Jupiter-Zeus s’est métamorphosé en taureau pour violer la pauvre Europe ; qu’il a dû en découdre avec son père Cronos ; ou que de sa cuisse est sorti l’insouciant Dionysos. L’Elysée va se muer en Olympe, renouant avec la gaieté et parfois la cruauté des disputes mythologiques.
 
Mais Jupiter n’est pas seulement un dieu volage. C’est aussi un puissant concept, dont Emmanuel Macron ne saurait ignorer la signification. Dans sa trilogie Jupiter Mars Quirinus, l’immense historien Georges Dumézil, pionnier de la mythologie comparée, met en évidence ce qui deviendra le thème dominant de son œuvre : la trifonctionnalité indo-européenne. Sa thèse est simple et puissante : tous les peuples indo-européens, des Grecs aux Slaves en passant par les Indiens, ont construit des représentations de la société fondées sur une division entre fonctions religieuses, guerrières et économiques. Une telle tripartition se retrouve naturellement dans les trois ordres de l’ancien régime (clergé, noblesse et tiers état), mais aussi dans les castes indiennes. Dumézil associe ainsi à Jupiter les aspects de spiritualité, de sacralité mais également de souveraineté. S’éloignant de son personnage mythologique un peu capricieux et futile, Jupiter devient le garant de la justice et du respect des contrats. En se déclarant "jupitérien", le Président de la République envoie donc un triple message : d’abord qu’il entend incarner la nation, dans la tradition bonapartiste ; ensuite, qu’il laisse le combat politique à son gouvernement (Mars) et la croissance aux acteurs économiques (Quirinus) ; enfin, qu’il se porte responsable d’une certaine équité économique et sociale. Être jupitérien, ce n’est pas s’occuper de tout en agitant la foudre, mais au contraire offrir au pays une forme de recul réflexif.
 
Voilà un programme grave et ambitieux…. Mais la France ne serait pas la France si elle ne savait pas se moquer de son Président olympien. Concluons donc avec une fable de La Fontaine : "Le Statuaire et la statue de Jupiter". L’histoire est courte : un statuaire sculpte un Jupiter si convaincant qu’il en prend peur

"Chacun tourne en réalités,
Autant qu'il peut, ses propres songes :
L'homme est de glace aux vérités ;

Il est de feu pour les mensonges."

Tel ce statuaire, n’avons-nous pas mis à l’Elysée une drôle d’idole qui va encombrer notre imaginaire collectif et ralentir nos progrès individuels ? Sachons nous tenir droit devant Jupiter et lui dire : tu n’es qu’une statue de plâtre. Celui qui t’a donné ta forme présente peut à tout moment te réduire en poussière.

Georges Dumézil (1898 - 1986)
 

Linguiste, historien et anthropologue français. Il a surtout travaillé sur les sociétés et les religions indo-européennes en menant un vaste travail d'études comparatives des textes. 

En savoir plus.
Time To Philo est illustré par Daniel Maja.
Share
Tweet
Share
Copyright © 2015 Adin Publications, All rights reserved.

Notre adresse :
Adin Publications
180 rue de Grenelle
PARIS 75007
France

Ajoutez-nous à vos contacts

SE DESINSCRIRE