Copy
Share
Tweet
+1

La lettre du 

Centre d'études en sciences sociales du religieux (CéSor)

Décembre 2018 - janvier 2019

 

Le CéSor en publication

 

Sociologues en quête de religion

Céline Béraud, Bruno Duriez et Béatrice de Gasquet (dir.)

Alors que certaines manifestations religieuses se trouvent au cœur de l’actualité et qu’elles suscitent des débats passionnés, comment expliquer le peu d’intérêt apparent des sociologues pour le religieux, qui était pourtant un objet central chez les « pères fondateurs » de la sociologie ? Est-ce parce que le religieux n’est pas vu ou parce qu’il est évité ? Est-il encore considéré comme voué à disparaître ? Une telle situation ne s’explique-t-elle pas également par l’isolement de la sociologie des religions par rapport aux autres sociologies spécialisées ? C’est à ces questions que cet ouvrage s’attache à répondre.

Avec le soutien de l’Association française de sciences sociales des religions et de l’IUF.

2018, PUR, Collection : Sciences des religions

En savoir plus

Faire le travail de Dieu.

Une anthropologie morale du pentecôtisme en Suède


Émir Mahieddin

 

Comment devient-on sujet de Dieu dans une société considérée comme l’une des plus sécularisées du monde ? Comment rendre compte en termes anthropologiques du pouvoir qu’exerce le dieu du christianisme sur ceux qui déclarent y croire ? Cet ouvrage étudie les milieux pentecôtistes en Suède, pays rarement exploré par l’anthropologie internationale, et offre un contrepoint heuristique pour l’anthropologie du christianisme et les nombreux travaux menés dans les « pays du Sud ».

En Suède, les pentecôtistes engagent une conversation avec d’autres forces que celles qui sont si prégnantes en Afrique et en Amérique latine. Les variables économiques, sociales et politiques y sont bien différentes et les agents de la surnature des systèmes de croyances coutumiers en sont absents. C’est le « séculier », en tant que régime de subjectivation et figure imaginaire de l’altérité pour le croyant, qui devient le point de référence dans la construction des subjectivités chrétiennes.

Émir Mahieddin analyse ces techniques de subjectivation comme autant de manières de rendre Dieu présent au monde. Il montre comment ce dispositif de construction de soi et de transformation du monde, que les pentecôtistes appellent le « travail de Dieu », se renouvelle en permanence le long de la frontière instable et poreuse entre le religieux et le séculier.

2018, Editions Karthala, Collection « Religions contemporaines » dirigée par Sandra Fancello et André Mary


 

Idées reçues sur l’homoparentalité


Martine Gross

 

Mariage pour tous, PMA, GPA… l’homoparentalité est régulièrement placée au cœur des débats. Remettant en cause la composition traditionnelle de la famille, elle suscite des réactions passionnelles, terreau fertile pour les idées reçues :« Un enfant a absolument besoin d’un papa et d’une maman »,

« On n’a pas assez de recul », « Un couple d’hommes ne saura pas s’y prendre pour élever un enfant », « Les parents homosexuels ne transmettent pas les mêmes valeurs à leurs enfants », « Les enfants risquent de souffrir du regard porté sur l’homosexualité de leurs parents »…
Devant l’importance des enjeux pour les parents comme pour les enfants, il est essentiel d’apporter un éclairage précis et distancié sur ce qui s’apparente encore pour beaucoup à un tabou.

 
2018 (3e édition), Paris, Éditions le Cavalier bleu

En savoir plus
 

Migrations, circulations, mobilités

Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l'épreuve du terrain 

Sous la direction de Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn & Mathis Stock

Au cours de la dernière décennie, l’usage du terme mobilité, porté par le mobility turn, s’est progressivement substitué à migration dans la sphère politique et dans la recherche sans que ce glissement conceptuel n’ait réellement fait l’objet d’un questionnement approfondi. Ont ainsi été intégrées au sein d’un même corpus analytique toutes les formes de déplacement physique des personnes, les mobilités imaginaires, virtuelles et de communication comme celles des objets. L’ouvrage les interroge dans une perspective pluridisciplinaire en proposant une réflexion épistémologique autour des termes « mobilité » et « migration » et de leurs relations afin d’interroger les présupposés des mobilities studies. Articulé en trois parties destinées à explorer les liens, porosités et impermanences de ces concepts, il porte sur la production des catégories par le politique et l’administration, les représentations de la migration et de la mobilité, et les reconfigurations apportées par les nouvelles technologies aux frontières entre mobilité et migration.

2018, Presses Universitaires de Provence
En savoir plus

L’événement du mois

 

The Ritual Drama Between East and West

Ritual staging
Societies and Cultural Heritage

 

 

International Workshop

10-11th December 2018

 
University of Bordeaux Amphithéâtre Denucé
3 Ter place de la Victoire 33076 Bordeaux Cedex






Organizing committee: Claudine Gauthier (PR, UB-IIAC-LAHIC, EHESS, Paris), Laurence Donia Kotobi (Assistant Professor HDR, UB), Dorothée Ben Raal (UB) 
Contact: secretariat.ethno@u-bordeaux.fr
Free participation to the scientific event according to the number of places available.
You must use the links below for on-line registration for each day: Reservations 10/12/2018: https://inscriptions-lundi-10-decembre.eventbrite.fr Reservations 11/12/2018: https://inscriptions-mardi-11-decembre.eventbrite.fr
 
Scientific committee: Alberto Cantera (PR, Freie universität of Berlin), Claudine Gauthier (PR, UB/ IIAC-LAHIC, EHESS, Paris), Laurence Donia Kotobi (MCF HC HDR, UB/ UMR Passages CNRS), Aliasghar Maghsoudi (Research deputy, Research Center for Islamic and Iranian Culture), Shahid Bahonar (University of Kerman), Céline Redard (Research officer, SOAS, university of London), Sepideh Parsapajouh, (Senior Research officer, CNRS, CéSor, EHESS, Paris), Mohammad Reza Sarfi (PR, Research Center for Islamic and Iranian Culture, Shahid Bahonar University of Kerman)

 

This two-day international workshop is cofunded by the Faculty of social anthropology/ethnology of the university of Bordeaux (France) and the Research Center for Islamic and Iranian Culture at the Shahid Bahonar University of Kerman (Iran); with the participation of the Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC) of the university of Paris Nanterre; the Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor; EHESS-CNRS, Paris); the School for Oriental and African studies of the university of London (SOAS);  the Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC-LAHIC, UMR 8177, CNRS-EHESS, Paris) and of the French embassy in Iran.
 

Monday, 10th of December 2018

 
9h00: Welcome of the participants
9h15: Virginie Postal-Le Dorse (Head of the College of Man sciences, UB): Welcome and Introduction
9h30: Camille Cholet (Responsible for the students mobility at the UB): The international cooperation between the university of Bordeaux and the Shahid Bahonar University of Kerman.
9h45: Claudine Gauthier (PR UB, IIAC-LAHIC): “Ritual staging, cultural heritage and societies. An introduction to the international workshop” 


Session 1: Ritual staging and preislamic cultural heritage

Chairman Pr. Alberto Cantera (Freie universität of Berlin) 
10h00: Céline Redard (Research officer SOAS, university of London): “Implications for the ritual when the same text is used in different ceremonies: the case of Y3-8” 
11h00: Coffee Break 
11h15: Miguel-Angel Andres-Toledo (PR, university of Salamanca): “A Hygienic Drama: Social Implications of the Zoroastrian barəšnūm Ceremony” 
12h15: Discussing with the audience 
12h45: Lunch


Session 2: Features and rituals

Chairman Dr. Sepideh Parsapajouh (CNRS, CéSor) 
14h00: Alberto Cantera (PR, Freie universität of Berlin) “From a dramatized encounter with the divinity to an (almost) static ritual: the evolution of the Long Liturgy” 
15h00: Laurence Donia Kotobi (Assistant Professor, UB): “The mourning of Ashoura in Tehran through the eyes of a french-iranian woman who is an anthropologist” 
15h45: Coffee break 
16h00: Dr. Yadollah Aghaabbasi and Dr. Aliasghar Maghsoudi (Shahid Bahonar University of Kerman): “The use of Iranian Drama’s techniques in the ritual staging of Ashoura” 
18h30: Discussing with the audience 
19h30: Dinner


Tuesday, 11th of December 2018


9h45: Welcome of the participants

Session 3: the staging of Ashoura in today’s world

Chairman Miguel-Angel Andres-Toledo (PR, university of Salamanca)
10h00: Sepideh Parsapajouh (Senior Research officer, CNRS, CéSor): “Ashura between legend, tradition and modernity. Some discussions on changes of the place of women in Muharram's rituals in Tehran”
11h00: Coffee break
11h15: Sara Kalantari (PhD candidate at the University of Paris Nanterre, LESC): “Reincarnation of Karbala drama in the Iraqo-Iranian war songs”
12h15: Discussing with the audience
12h45: Lunch


Session 4 : Christian dramas

Chairman Dr. Laurence Kotobi (UB)
14h15: Katy Bernard (Assistant Professor, university of Bordeaux-Montaigne) :
« Drame rituel, fin’amor et mariage : pour une analyse des unions des héros de Frayre de Joy e Sor de Plaser et de Jaufre » (speech in French with a translation in Persian)
15h15: Coffee break
15h30: Hélène Zwilgenstein (Associate researcher, CéSor): « Drame pascal et poïétique rituelle à Séville » (speech in French with a translation in Persian)
16h30: Claudine Gauthier (PR UB, IIAC-LAHIC): “How to go straight to Paradise?”
17h30: Openings and discussing with the audience

Focus 


Ouverture de la plateforme Open Jerusalem
 














 

Les chercheurs, les étudiants, les professionnels et l’ensemble des personnes intéressées par l’histoire contemporaine de Jérusalem ont désormais accès à un nouvel outil d’investigation et d’analyse : la plateforme en ligne du projet Open Jerusalem (http://www.openjerusalem.org/). Ouverte au public, cette plateforme offre un catalogue, produit du travail de l’ensemble des chercheurs attachés au projet, répertoriant les archives privées et institutionnelles de la ville pour une période allant de 1840 à 1940. En quelques clics, le visiteur du site a la possibilité de naviguer dans ces archives (par fonds, par producteurs, par dates ou par langues), d’y effectuer une recherche par mots-clés, d’y trouver près de 33000 fiches descriptives (archivistiques et bibliographiques) et d’avoir ainsi accès à la description (en anglais) des documents, dont certains sont numérisés et directement consultables sur le site. La plateforme Open Jerusalem donne ainsi l’occasion de découvrir les archives de Jérusalem, d’une grande richesse, et contribue à susciter et à guider les recherches sur l’histoire de la ville.
Le projet Open Jerusalem (dont le titre complet est Opening Jerusalem Archives – For a Connected History of citadinité in the Holy City – 1840-1940) est dirigé par Vincent Lemire (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et est financé par l’European Research Council (Starting Grant). Il a pour objectif de décloisonner et de connecter les différentes archives et sources historiques afin de dégager ce qui faisait l’ordinaire et le commun des habitants de Jérusalem. À travers le concept de citanidité (ou citoyenneté urbaine), le projet offre une histoire au ras du sol de la ville, une perspective qui a longtemps été négligée par les chercheurs plus volontiers portés jusqu’à présent vers l’étude des enjeux idéologiques ou géostratégiques. Une histoire connectée de la ville est ainsi présentée, le projet cherchant les points de contact, au sein du large archipel documentaire de la ville, révélant les échanges, les interactions, les conflits et les hybridations entre les populations et les cultures.
Pour mener à bien le projet, V. Lemire s’est entouré d’une équipe internationale de chercheurs composée de Stéphane Ancel (CNRS/CéSor - France), Angelos Dalachanis (EFA - Grèce), Yasemin Avci (Université de Pamukkale - Turquie), Maria-Chiara Rioli (UPEM - France), Louise Corvasier (UPEM - France), Leyla Dakhli (CNRS/CMB - Allemagne), Yann Potin (Archives Nationales - France), Falestin Naili (Ifpo/Amman - Jordanie), Abdul-Hameed al-Kayyali (Ifpo/Amman - Jordanie) et Katherina Stathi (Laskaridis Foundation - Grèce).  À cette équipe s’est ajoutée pas loin d’une quarantaine de chercheurs, venant d’Europe, du Moyen-Orient, des États-Unis et du Canada afin de proposer l’étude et l’analyse la plus exhaustive possible des divers fonds d’archives liés à l’histoire de la ville. Le projet a déjà proposé plusieurs évènements scientifiques (colloques, séminaires, voir https://openjlem.hypotheses.org/ ) et des publications dont le récent ouvrage intitulé Ordinary Jerusalem 1840-1940 Opening New Archives, Revisiting a Global City, co-dirigé par V. Lemire et A. Dalachanis et publié chez Brill (en open access : https://brill.com/view/title/36309 ).
L’ouverture du site Open Jerusalem est le fruit de quatre années de travail intensif et il donne accès à des fonds d’archives qui jusqu’alors n’étaient pas ou peu décrits. C’est ainsi que l’on trouve les décisions du conseil municipal de la ville (majlis baladiyya, meclis-i belediye), en 18 registres disponibles en version numérique, ainsi que 102 des registres du tribunal islamique (sijillāt maḥkama sharʿīyya), là encore numérisés. Par ailleurs, le catalogue propose un impressionnant ensemble de plus de 8400 dossiers (gömlek) préservés dans les archives impériales ottomanes (Başbakanlık Osmanlı Arşivi) et dont plus de 6400 sont disponibles en version numérique. Les archives des institutions chrétiennes (grecques orthodoxes, catholiques romaines, protestantes, éthiopiennes orthodoxes, arméniennes orthodoxes et syriaques orthodoxes) sont également répertoriées et décrites, tout comme les archives juives (celle de la communauté sépharade), les archives consulaires (françaises, britanniques, italiennes, allemandes, grecques et américaines), les archives du mandat britannique, et un ensemble d’archives privées (comme celles de l’archimandrite russe Antonin Kapustin).
Le travail colossal de description et de collecte des archives de la ville n’a pas vocation à s’arrêter avec l’ouverture de la plateforme. Bien au contraire, le catalogue continue et continuera à être régulièrement alimenté par les chercheurs.

Stéphane Ancel

Les débats du CéSor

 


Jeudi 13 décembre 2018
 - 17H30 - 19H30
Violence et militantisme. Parcours d'engagements au Proche-Orient
Sous la direction d'Erminia Chiara Calabrese et Valentina Napolitano
Préface d'Hamit Bozarslan
Les auteurs : Léo Fourn, Stéphanie Latte Abdallah, Pénélope Larzillière, Valentina Napolitano.

en présence de Erminia Chiara Calabrese (CéSor, Ehess) et Léo Fourn (Aix-en-Provence)

Discutants : Laurent Gayer (CERI SciencesPo) et Gabrielle Angey (Paris Dauphine)

Lieu : salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris
S’inscrire

Imposée par des régimes politiques autoritaires et répressifs, par des conflits ouverts, des occupations étrangères ou des déplacements de population forcés, la violence est une expérience quotidienne dans de nombreuses sociétés arabes. Elle constitue un élément essentiel de l’engagement des militants politiques ou humanitaires.

 

 


 Jeudi 24 janvier 2019 - 17H30 - 19H30

La tentation radicale. Enquête auprès des lycéens
Sous la direction d'Olivier Galland et d'Anne Muxel
En présence d'Olivier Galland

Discutants: Anne-Sophie Lamine (Université de Strasbourg) et Rita Hermon-Belot (EHESS-CéSor)

Lieu : salle BS1_28, 54 bd Raspail 75006 Paris

Les inscriptions se feront ultérieurement 
 

L’idée d’une montée de la radicalité au sein de la jeunesse française, avec pour corollaire une certaine banalisation de la violence, mérite d’être examinée, même si les passages à l’acte violents ne concernent qu’une petite minorité assez bien étudiée et identifiée. On ne sait en revanche que peu de choses sur le degré d’acceptabilité de la violence aux yeux du plus grand nombre. Quels sont les segments de la jeunesse les plus concernés par la radicalité ? Peut-on observer un lien entre la radicalité politique et la radicalité religieuse ? Comment les jeunes réagissent-ils aux attentats et au terrorisme ?

Pour répondre à ces questions, les contributeurs de cet ouvrage, tous spécialistes reconnus dans le champ de la sociologie de la jeunesse, analysent les résultats d’une enquête inédite menée auprès de 7 000 lycéens de toutes origines sociales et culturelles, et de toutes confessions religieuses.
 

Les midis du CéSor


salle Alphonse Dupront
 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

 
Les trois séances des midis du CéSor (d'une durée de 3h00) organisées en 2019 aborderont chacune une thématique développée au sein des trois nouveaux axes de recherche mis en place par le CéSor dans le cadre de son projet scientifique 2019 - 2024. Le but de ces séances est de faire progresser la problématisation générale de nos thématiques de recherche à partir d'une véritable réflexion collective portée par les travaux personnels en cours des chercheurs impliqués dans chaque axe. La première séance qui nous réunira concerne l'axe 3, intitulé, "Circulations, recompositions et synergies entre champs sociaux" et s'attachera plus spécifiquement au genre. Une pause déjeuner sera organisée, qui permettra de poursuivre nos réflexions par des discussions plus informelles. 

Axe 3 – Jeudi 24 janvier 2019 - 11h00-14h00
Genre et religion avec Céline Béraud, Emir Mahieddin, Pamela Millet
Modérateur : Charis Messis.

Axe  2 - Mardi 2 avril 2019 -  12h00-15h00 
Medium et objet. Interroger les traces, les supports et les circulations avec Cécile Boëx et Filippo Ronconi
Modérateur : Damien Mottier.

Atelier


Au travail en archives avec Gabriel Le Bras

 
 
Le nom de Gabriel Le Bras (1891-1970) résonne avec fréquence lorsqu'il s'agit d'histoire ou de politique des sciences sociales au vingtième siècle. Son parcours intellectuel et académique demeure cependant méconnu : figure de référence de la sociologie de la pratique religieuse, l'ampleur de son autorité institutionnelle est restée largement discrète, et presque insaisissable. Professeur d'histoire du droit canonique durant près de cinquante ans, à Strasbourg, puis à Paris, il joua dès 1944 un rôle décisif au sein du comité directeur du CNRS, en participant à la création du Centre d’études sociologiques en 1946, comme à celui du Centre de politique étrangère du côté de la Fondation nationale des sciences politiques ; surtout, il fut, en 1947-1948, avec Lucien Febvre, en tant que président de la Ve section de l’École pratique des hautes études (EPHE), le véritable parrain d'une VIe section de « sciences économiques et sociales » aux origines mêmes de ce qui allait devenir plus tard l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Au total, ce parcours compose un genre de ministère invisible, où le droit, la science religieuse et la science sociale marchent en cadence, sinon main dans la main. Cohérence et complémentarité institutionnelle ne résistent toutefois pas au temps et aux rapports de forces disciplinaires, ce qui explique pourquoi la mémoire savante de Le Bras est, en quelque sorte, segmentée, à la charnière du droit, de l'ecclésiologie, de la sociologie et des sciences politiques.
Ce n'est pas le cas en revanche de ses archives, dont l'intégrité et la complétude ont pu être préservées de manière exceptionnelle, correspondances et papiers d'affaires les plus ordinaires en apparence y compris. Afin de conserver la fragilité des passerelles sans cesse entretenues par Le Bras entre les réseaux et les disciplines, le fonds, donné à l'EHESS en 2011, et déposé aux Archives nationales en 2013, reste organisé selon la topographie de l'espace de travail ou de stockage de Le Bras. Ceci suppose donc un important traitement documentaire, afin de pouvoir envisager des recherches dans un ensemble archivistique de plus de 50 mètres linéaires. Une expérience d'envergure et inédite, susceptible de servir de précédent pour l'ensemble du département archives des sciences sociales du Campus Condorcet, vise à transformer le traitement intellectuel et matériel du fonds en un vaste programme d'études interdisciplinaires : en croisant l'observation documentaire et l'analyse sociologique et historique de l'itinéraire de Le Bras et de ses réseaux académiques, ecclésiastiques et politiques, tout en prenant en compte les techniques du savant au travail, il s'agit d'examiner les sciences religieuses au travail des sciences sociales et des savoirs juridiques, entre les années 1920 et les années 1970.
  

Atelier du 5 décembre 2018
Archives nationales,

59 rue Guynemer, Pierrefitte-sur-Seine
Métro Saint-Denis Université (Ligne 13)

 
 
10h00-13h00
Pour introduire
Jean-Louis Halpérin (CNRS/ÉNS), « Le Bras en chantier »
 
Gabriel Le Bras et les sciences de l’Église
Carlo Fantappié (Roma Tre/Gregoriana), « La complexité épistémologique de la science canonique selon Gabriel Le Bras », discutant : Patrick Arabeyre (ENC)
Alain Rauwel (CéSor), « Gabriel Le Bras et liturgie »
 
Perspectives de travail
Du côté du Ministère des affaires étrangères (échange avec Yves Bruley)
La journée de travail à l’Académie des Sciences morales et Politiques
 
13h00-14h00 : déjeuner
 
14h00-16h00
Au travail dans les archives Gabriel Le Bras, pour faire suite à l’atelier du 29 mai 2018 (présentation d’un choix de cartons par Thomas Hirsch et Yann Potin
 

Professeurs invités

 

Ralph Dekoninck        

invité par Pierre Antoine Fabre

Professeur d’histoire de l'art à l’Université catholique de Louvain et co-directeur du Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA), Ralph Dekoninck poursuit des recherches sur les rapports entre théologie de l’image et théorie de l’art à l’époque moderne et sur la culture du spectacle baroque, comme sur les rapports entre arts et liturgie. Ses intérêts scientifiques se portent également sur des questions d’historiographie et d’épistémologie de l’histoire de l’art.     

Conférences : 

Lundi 28 janvier 2019, 15h00-17h00, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris
Louis Richeome en ses images I 
Dans le cadre du séminaire Pratiques spirituelles, régimes discursifs, rapports sociaux de Pierre-Antoine Fabre, Alain Cantillon et Patrick Goujon

Mardi 29 janvier 2019, 13h00-15h00, salle Walter-Benjamin, INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris
Du double mouvement de l’âme vers l’image : une théorie aristotélico-thomiste entre religion et art (XVIe-XVIIe siècles) 
Dans le cadre du séminaire Théories des images de Giovanni Careri et Emmanuele Coccia

Lundi 25 février 2019, 15h00-17h00, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris
Louis Richeome en ses images II
Dans le cadre du séminaire Pratiques spirituelles, régimes discursifs, rapports sociaux 

Mardi 26 février 2019, 9h00-11h00, salle Walter-Benjamin, INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris
L’image comme vêtement. Pour iconologie du textile liturgique au premier âge moderne 
Dans le cadre du séminaire L'intelligence picturale d' Annibale Carracci de Giovanni Careri

Page web EHESS



Verónica Gimenez Beliveau

Chercheur en Sociologie  Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas

Invitée par Céline Béraud 



 

Docteur en Sociologie (EHESS/ Université de Buenos Aires, 2004), Diplôme d’Études Approfondies à l’EHESS (1998), Licence en Sociologie à l’Université de Buenos Aires (1996), Verónica Giménez Béliveau est chercheuse au CEIL-CONICET, depuis 2006, et professeur à l’Université de Buenos Aires, où elle enseigne la recherche sociale des faits religieux pour sociologues. Ses domaines de recherche concernent les dynamiques sociales et religieuses du catholicisme contemporain, les caractéristiques des croyances en Amérique latine, l’articulation entre santé et religion, les formes de constitution des identités et les mobilités des groupes religieux. Récemment elle a entamé des recherches sur l’exorcisme dans le terrain catholique.

Conférences : 

Jeudi 31 janvier 2019, 15h00-17h00, salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris
Les débats relatifs à la légalisation de l'avortement en Argentine et la place qui occupent les groupes catholiques et évangéliques
Dans le cadre du séminaire Genre et Religion de Céline Béraud

Mercredi 13 février 2019, 15h00-19h00, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris
Exorcisme et dynamiques catholiques: demandes de santé et guérison, thérapeutiques, processus institutionnels
Dans le cadre du séminaire Catholicisme contemporain de Céline Béraud et Denis Pelletier

Jeudi 14 Février 2019, 15h00-19h00, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris
Hétérodoxie/orthodoxie
Dans le cadre du séminaire L'Église, un dictionnaire critique de Dominique Iogna-Prat et Frédéric Gabriel

Page web EHESS

 

Messis Charalampos (Charis)      

Invité par Paolo Odorico

Messis Charalampos (Charis) enseigne la littérature byzantine à l’Université d’Athènes. Il a fait ses études doctorales à l’EHESS d’où il a obtenu son doctorat en Histoire et Civilisations (2006). Il a obtenu aussi une HDR en histoire médiévale à Paris-Sorbonne (2017). Il est l’auteur de deux monographies et de plusieurs articles dans des volumes et des revues internationales. Son domaine d’étude est la littérature byzantine, le genre et la sexualité, la légalité et la marginalité à Byzance.

Conférences : 


Dans le cadre du séminaire Littérature, représentations et société à Byzance, animé par Paolo Odorico,
11h00-13h00, salle Alphonse Dupront, 10, rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris,


Lundi 14 janvier 2019 
Lectures Historiques et contextualisées du droit séculier (nomos) et ecclésiastique (canon) à Byzance : le cadre historique.
Lundi 21 janvier 2019
L’histoire du Droit séculier byzantin au XIIe siècle et la codification et le commentaire du droit canon 
Jeudi 31 janvier
Le concile Ecclésiastique in Trullo (681/2) et son impact dans l’histoire du droit canon oriental 

Lundi 4 fevrier 2019
Les échos de la Culture ‘populaire’ dans les commentaires du XIIe siècle des canons du concile in Trullo  

Page web EHESS

 

Post-doctorant   
 

Anis Fariji

 
Anis Fariji est docteur en musicologie. Il est actuellement chercheur post-doctoral menant des recherches ethnomusicologiques sur les formes vocales de l’islam au Maroc.
Dans sa thèse de doctorat intitulée « La tradition musicale au prisme critique de la contemporanéité » (janvier 2017), préparée sous la direction de Jean Paul Olive (Musidanse – Paris 8) et de Jean Lambert (Paris Nanterre – Lesc-Crem), il a étudié les formes de résurgence d’éléments issus des musiques de tradition orale du monde arabe dans la composition écrite contemporaine. La structure mélodique de la cantillation religieuse étant particulièrement saisie et intégrée dans le corpus musical analysé, il s’est employé à l’étudier de plus près en préparant un Master en ethnomusicologie, soutenu en 2015 à l’Université Paris Nanterre. Ce travail l’a amené à ouvrir des enquêtes de terrain sur les formes des récitations religieuses au Maroc, notamment celles du Coran.
Il poursuit actuellement ses recherches sur les formes vocales dans la pratique religieuse au Maroc en tant que post-doctorant financé par le programme ANR ILM « L’enseignement de l’islam au Maroc : islamologie et sciences sociales », programme porté par Sabrina Mervin et dont il est chargé de coordination. Combinant approches esthétique et anthropologique, et s’appuyant sur des enquêtes de terrain de longue durée, ses recherches dans ce domaine s’attachent à analyser les corrélations entre la forme sonore des vocalisations religieuses et la portée anthropologique des textes récitées, en premier lieu l’ampleur du phénomène de la mémorisation du Coran.
 


De passage au CéSor



 

David Armando


Le CéSor accueil du 17 novembre jusqu’au 8 décembre David Armando, qui participe à un projet de recherche sur “Le mesmérisme dans la société française entre l’Ancien régime et la Révolution” dans le cadre du programme de Short Mobility   du Conseil National des Recherches en italie (CNR). David Armando est chercheur à l’Istituto per la storia del pensiero filosofico e scientifico moderno du CNR  et membre associé du CéSor. Les recherches qu’il conduira pendant ce séjour, portent sur les enjeux sociaux et politiques des doctrines et des pratiques du magnétisme animal, introduites en France par le médecin Franz Anton Mesmer à la fin du XVIIIIe siècle. Elles font suite au projet du Labex-Hastec Harmonia Universalis, qui vient d’aboutir à la mise en ligne d’une base de données prosopographique des acteurs du mouvement mesmérien (https://harmoniauniversalis.univ-paris1.fr/#/), ainsi qu’à la publication d’un dossier thématique des Annales Historiques de la Révolution Française sur Le mesmérisme et la Révolution.

 

Ali Kassem 

 

 Du 10 décembre 2018 à fin janvier 2019, le CéSor accueille Ali Kassem. Doctorant à l'Université du Sussex, au Royaume-Uni, Ali y bénéficie d’une bourse de la faculté de Droit, Science politique et Sociologie. Il est également chargé de recherche à l'Institut d'études sur le Proche et le Moyen-Orient de l'Université Ludwig Maximillians de Munich, où il travaille sur des questions de violence et de migration. Il a précédemment contribué à des projets pour le Lebanese Centre for Policy Studies (LCPS), de l'université d'Oxford et de l'université Américaine de Beyrouth.

En 2017, Ali Kassem a obtenu un Master à l'Université Américaine de Beyrouth dont le mémoire portait sur les relations entre sciences sociales et sciences religieuses dans la formation des clercs de l’islam chiite au Liban. Les recherches doctorales qu’il mène aujourd’hui dans une perspective post/décoloniale traitent du port des vêtements islamiques envisagé comme un rituel. Il profitera de son séjour au CéSor pour poursuivre ses travaux sur l’histoire du Liban, en particulier l’histoire de sa formation comme État moderne dans le contexte du colonialisme français. Il s'appuiera sur l'expertise des chercheurs du Centre, notamment de Sabrina Mervin, son référent, pour approfondir sa compréhension des divers groupes religieux du Levant, dans l’histoire contemporaine et actuellement. Bien plus, il souhaite entrer en dialogue avec d’autres chercheurs, notamment en ce qui concerne les vêtements et les différents rituels islamiques corporels. 

Ali Kassem interviendra dans le séminaire collectif De la fabrique des autorités religieuses : qualifications, légitimations et ancrages des "clercs" de l’islam, du christianisme et du judaïsme en Méditerranée, dont le CéSor est partenaire aux côtés de l’IDEMEC, du CHERPA et de l’IREMAM, à Aix-en-Provence. Sa communication, « The Hawza in Lebanon Between Change and Continuity », aura lieu le 17 janvier 2019 à la MMSH. Il interviendra par ailleurs, dans le séminaire Réceptions croisées des conceptions autochtones et occidentales : ontologies, genre et citoyennetés de Catherine Alès et Pascale Molinier,  le 11 janvier, 2018, 9h00-11h00, salle 2, 105 bd Raspail 75006 Paris).

Podcast de séminaires de l'EHESS

L'EHESS publie des podcasts de ses séminaires, lieux de débats ouverts à tous, pour les diffuser à un plus large public.

Première séance du séminaire Catholicisme contemporain de Céline Béraud, directrice d'études à l'EHESS et Denis Pelletier, directeur d'études à l'EPHE enregistrée le 14 novembre 2018.

Le séminaire se donne pour objectif d'établir un bilan critique des travaux récents et en cours sur les mutations contemporaines du catholicisme romain, au croisement de la sociologie, de l'histoire, de la science politique et de l'anthropologie.

Cette première séance est centrée sur les reconfigurations du rapport à l’espace et au temps avec une intervention de
Danièle Hervieu-Léger : Territorialité et communalisation catholique en France aujourd’hui.

Campus Condorcet

 

Atelier Campus Condorcet 2018-2019


ALGreM - Anthologie du Livre Grec Manuscrit


Responsables du projet : - Filippo Ronconi, enseignant-chercheur, EHESS et Aurélien Berra, enseignant-chercheur, Paris Nanterre

Partenaires : Université Paris-Nanterre, École pratique des hautes études, École nationale des chartes

Résumé du projet :

Le projet ALGreM met en œuvre un principe à la fois scientifique et pédagogique : relire les ouvrages du passé dans les livres manuscrits de leurs époques de composition. En éditant un document grec pour chaque siècle, du Ve siècle avant notre ère aux débuts de l’imprimerie, nous étudierons des caractéristiques paléographiques et matérielles, mais aussi l’histoire des pratiques d’écriture, les évolutions du livre comme objet social et les possibilités d’un environnement de publication numérique.


En savoir plus

Retour sur une école d'été

 

Outils et méthodes pour l’histoire des Églises entre Orient et Occident
(ve-xixe siècle)
 
Atelier doctoral international, Rome
 
10-15 septembre 2018 
 
 

L’Ecole française de Rome, en partenariat avec l’EHESS, l’ENS de Lyon, trois UMR du CNRS (LEM, CéSor, IHRIM) et le LabEx CoMod (Lyon), a organisé un atelier doctoral à Rome du 10 au 15 septembre 2018. Cet atelier s’inscrivait dans le cadre du programme « Normes et pratiques du religieux en Orient et Occident : une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (https://normesrel.hypotheses.org) dirigé par Camille Rouxpetel et Laurent Tatarenko,
 
Les relations entre religion et institutions, longtemps délaissées par des sciences humaines et sociales structurées par la laïcité ou, au contraire, investies à des fins apologétiques, sont aujourd’hui interrogées à nouveaux frais. Dans ce cadre, il est indispensable de revenir de manière critique sur la notion d’Église, dans sa pluralité confessionnelle, occidentale et orientale (Europe centrale et orientale, espace hellénique, Proche-Orient), car bien souvent, l’« histoire religieuse » prend pour acquis ce qu’il s’agit ici d’interroger. À l’inverse, dans cette école thématique internationale, nous avons cherché à mettre en évidence et à discuter les problématiques qui structurent l’institutionnalité ecclésiale, ses normes, ses ramifications, ses jeux d’échelles, et nous avons tenté de proposer une cartographie des champs relatifs à ce domaine. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, on reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie qui a été explorée de manière interdisciplinaire, pour mieux comprendre la dialectique entre religion, institution et normes.
Cet atelier doctoral a ainsi permis de mettre en rapport des historiographies séparées alors même qu’elles partagent un objet central et fort, l’Église, qui n’est souvent traitée que comme une toile de fond de l’histoire. En effet, l’objet « Église » est interdisciplinaire par définition, mais son étude, rare en tant que telle dans le monde francophone, est démembrée entre différentes disciplines (théologie, histoire, mais aussi lettres classiques, sociologie, philosophie, droit). Les participant-e-s qui ont pris part à cette école ont eu l’opportunité de voir réunies des approches diverses et complémentaires : sociale, normative, liturgique, politique, orientaliste. Ils ont eu accès aux méthodes, aux problématisations et aux derniers acquis de ces différentes approches interdisciplinaires dans la longue durée. En outre, ils ont également eu l’occasion de discuter entre eux de leurs sujets, et de la spécificité ou de la convergence de leurs problématiques. Enfin, ils ont bénéficié des regards de différents spécialistes sur les problèmes qu’ils rencontrent, puisque quasiment tous les conférenciers ont participé à l’école dans sa totalité.
Rome est l’un des lieux par excellence où l’on peut étudier dans un périmètre restreint des éléments divers qui s’échelonnent sur un millénaire : sites archéologiques, bâtiments antiques, médiévaux et « baroques », fonds d’archives, bibliothèques ecclésiastiques. Pour un atelier doctoral qui se situe à la croisée de plusieurs domaines, ce centre géographique des époques antique, médiévale et moderne s’impose de lui-même.
 
 

L’atelier s’est déroulé de la manière suivante :
  1. Des conférences historiographiques, en français, qui présentaient une synthèse problématisée de l’état de l’art, ainsi que les perspectives les plus actuelles de la recherche. Après ces interventions, une large place était consacrée aux discussions.
  2. Dans un format plus réduit, les étudiant-e-s ont fait un exposé concis en lien avec les thématiques abordées dans différentes langues de travail (italien, français, anglais). Les meilleurs exposés des participant-e-s. sont en cours de sélection pour une publication dans les Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge.
  3. Des visites guidées et commentées de sites archéologiques, de bâtiments et de fonds archivistiques.
 
Pour la réalisation de l’atelier, l’École française de Rome a proposé 12 bourses pour des jeunes chercheurs (étudiant-e-s en master 2, en doctorat ou jeunes post-doctorant-e-s de l’Union européenne et d’autres pays) engagés dans un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes au cœur de la formation. Le résultat de l’appel à candidature a dépassé les espérances avec plus de 40 soumissions.

Actualités des doctorants
 

Le séminaire des doctorants

2018-2019

 

Faits religieux et rapports sociaux :
penser les hiérarchies sociales dans le monde religieux

 
 
 
Organisation : Elena Lysak : evessy82@gmail.com et 
Kenson Joissaint : joissaintkenson@yahoo.fr
 
4e mardi du mois de 17 h à 19 h, du 29 janvier 2019 au 25 juin 2019
(salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris)
https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/1766//
 
Ce séminaire des doctorants du CéSor est adressé aux chercheurs pluridisciplinaires qui effectuent leurs études sur des terrains divers et qui observent la pluralité des rapports sociaux et la construction des hiérarchies sociales dans le monde religieux.  Il s’adresse aussi au grand public intéressé par la construction des faits religieux et des apports sociaux dans le monde actuel.
Depuis plusieurs décennies, l’appréhension des hiérarchies sociales comme catégorie de pratiques, puis comme catégorie d’analyse a profondément influencé les recherches en sciences humaines et sociales sur le religieux. Depuis cette époque, en anthropologie, en sociologie, en histoire, en géographie mais aussi en architecture et en urbanisme, des chercheurs toujours plus nombreux travaillent sur la présence des faits religieux dans les rapports quotidiens des individus. Cette attention portée aux rapports sociaux est en effet l’un des phénomènes les plus intéressants à observer dans le monde religieux, où des éléments comme rapports de pouvoir, autorité, domination, obéissance, croyances, reconnaissance, etc., constituent la sphère de production des hiérarchies sociales.
Ce séminaire, en s’inscrivant dans la continuité du séminaire « Au cœur du fait religieux » visera donc à interroger la réalité de « rapports sociaux » dans le monde religieux à travers des recherches venant de terrains et disciplines variés. Ainsi, les participants de chaque séance, doctorants et jeunes chercheurs, sont invités à présenter leurs travaux de recherche et leurs expériences de terrains, avec l’assistance d’un ou d’une discutant-e- (chercheurs confirmé-e).


Deux nouveaux représentants des doctorants du CéSor



Emilie Denis et Pamela Millet (à droite) passent la main aux deux nouveaux représentants des doctorants du CéSor : Elena Lysak et Kenson Joissaint (à gauche). Un grand merci à Emilie et Pamela pour tout le travail accompli ! Nous souhaitons la bienvenue à Elena et Kenson.


Elena Lysak

Doctorante en sciences sociales au CéSor-EHESS Elena Lysak rédige une thèse sur le rôle et la présence des épouses dans la carrière des militaires sous la direction de Céline Béraud.
Spécialiste en sociologie militaire, elle se focalise aujourd’hui sur la dimension genrée du travail et sur l’interaction des domaines familial et professionnel dans l’armée contemporaine.
 

Kenson Joissaint

Kenson Joissaint est Doctorant en anthropologie sociale à l’EHESS sous la direction de Stefania Capone. Depuis 2016, il mène ses recherches sur le processus de transnationalisation des communautés religieuses issues de l’immigration haïtienne en France, sur les dynamiques de recomposition sociales et redéfinitions identitaires induites par cette migration.

Soutenances de thèses


Guido Grassadonio

Lucien Goldmann: pour un marxisme humaniste. De l'anthropologie paradoxale à l'autogestion ouvrière
Vendredi 7 décembre 2018, 
salle sera la BS1_05, au 54 de bd Raspail à 9h00
Directeur de thèse : Michael Lowy (CNRS)
Rapporteurs : Stéphane Haber (Paris Nanterre), Robert Sayre (Paris-Est Marne-La Vallée)
Jury : Elsa Dorlin (Paris 8), Pierre-Antoine Fabre (EHESS), Vittorio Morfino (Università La Bicocca Milano)
En savoir plus


Mira Niculescu

Les juifs bouddhistes. Individualisme, bricolage et frontières dans la globalisation religieuse
Lundi 17 décembre 2018
, salle BS1_05 au 54 bd Raspail de 14h00 à 18h00
Directrice de thèse : Nathalie Luca (CNRS)
Rapporteurs : Dominique Bourel (CNRS) et Jean-Christophe Attias  (EPHE)
Jury : Nathalie Luca, Patrick Michel, Sébastien Tank-Storper 
En savoir plus


Yelena Mazour-Matusevich 


La réception de la postérité et de l’autorité de Jean Gerson (1363-1429) au début des temps modernes
Directeur de thèse : Pierre Antoine Fabre (EHESS)
Lundi 17 décembre 2018, salle 2, 105 Bd Raspail 75006 Paris à 14h00
Rapporteurs : Wim François (KU Leuven), Bénédicte Sère (université Paris Nanterre)
Jury : Pierre Antoine Fabre (EHESS), Dominique Iogna-Prat (CNRS-EHESS), M. Jacob Schmutz (Université Paris Sorbonne)
En savoir plus


Aspasia Dimitriadi

Construire le passé. La conception de Byzance dans les manuels grecs (1830-1922)
Mardi 18 décembre 2018, 54 bd Raspail, salle A0651 à 9h00.
Directeur de la thèse : Paolo Odorico (EHESS)
Rapporteurs : Michel Kaplan, Charis Messis
Jury :  Méropi Anastassiadou,  Mary-Élisabeth Mitsou,  Paolo Odorico (EHESS)
En savoir plus

Raphaël Colliaux

De l’emprise à la prise de l’école. Usages de la scolarisation et expérience de la « communauté » chez les Matsigenka (Amazonie péruvienne) 
Directrice de thèse : Catherine Alès (CNRS)
Vendredi 11 janvier 2019, salle 8, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris à 13h00
Rapporteurs : Mme. Capucine Boidin, (Paris 3), Mme. Marie Salaün, (Université Paris Descartes) 
Jury : Capucine Boidin (Sorbonne Nouvelle - Paris 3), Marie Salaün (Université Paris Descartes), Philippe Urfalino (EHESS), Catherine Alès (CNRS), Peter Gow (University of St Andrews), Olivier Allard (EHESS)
En savoir plus

Le CéSor dans les médias


Danièle Hervieu-Léger, Télérama, Pédophilie dans l’Eglise : “C’est tout le système clérical qu’il faut déconstruire”
Céline Béraud et Danièle Hervieu-Léger, Documentaire Catholiques de France, France 5, en trois parties.
Martine Gross, France Inter, Grand bien vous fasse, Toutes vos questions sur l'homoparentalité
Hélène Zwingelstein, Le nouvel Observateur, Obsèques : les Français sont tout feu tout flamme

Prix et distinctions


Danièle Hervieu-Léger
Doctorat Honoris Causa de l'Université de Louvain-la-Neuve (Sciences humaines et sociales)

Actualités de la bibliothèque Alphonse Dupront

10, rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris (RDC)
 

Ouvrages 


Dionigi Albera et John Eade (dir.), New pathways in pilgrimage studies: global perspectives, New York, Routledge, 2017.
Dionigi Albera et John Eade (dir.), International perspectives on pilgrimage studies: itineraries, gaps, and obstacles, New York, Routledge, 2015.
Jan Bank et Lieve Gevers, Churches and religion in the Second World War, trad. fr. Brian Doyle, London, Bloomsbury, 2016.
Adam H. Becker, Revival and awakening: American evangelical missionaries in Iran and the origins of Assyrian nationalism, Chicago, The University of Chicago Press, 2015.
Paul Chopelin et Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (dir.), Gouverner une église en révolution: histoires et mémoires de l’épiscopat constitutionnel : actes du colloque, Lyon, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, LARHRA, UMR 5190, 2017.
Roberto Di Stefano et Francisco Javier Ramón Solans (dir.), Marian devotions, political mobilization, and nationalism in Europe and America, Palgrave Macmillan, 2016.
Ulrich L. Lehner (dir.), Women, Enlightenment, And Catholicism: a transnational biographical history, London, 2018.
Dotan Leshem, The origins of neoliberalism: modeling the economy from Jesus to Foucault, New York, Columbia University Press, 2016.
Chantal Paisant et Jacques Arènes, Les catholiques, la psychanalyse et la Bible: fabrique d’une alliance paradoxale, Wien, 2017.
Silvano Petrosino (dir.), Monumentum: l’habitation, le politique, le sacré, Turnhout, Brepols, 2016.
Bénédicte Sère, Les débats d’opinion à l’heure du Grand Schisme: ecclésiologie et politique, Turnhout, Brepols, 2016.
Christian Sorrel, Association française d’histoire religieuse contemporaine et Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (dir.), Renouveau conciliaire et crise doctrinale: Rome et les églises nationales (1966-1968), Lyon, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, LARHRA, UMR 5190, 2017.


Revues 


Archivum historicum societatis Iesu
Vol. 87, n. 173 (2018)
 "Façonner l’objet de dévotion chrétien : fabrication, commerce et circulation (XVIe-XIXe siècles)
Archives des sciences sociales des religions n.183 (2018)

Braderie de livres


Dans le cadre de la préparation de son déménagement au Campus Condorcet en septembre 2019, le CéSor organise une braderie gratuite et de revues en SHS. Il s'agit principalement d'histoire et de sociologie religieuses. Le déstockage aura lieu le mercredi 16 janvier 2019 de 10h00 à 18h00 en salle Alphonse Dupront au 10 rue Monsieur-le-Prince.  



CéSor | 10, rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

EHESS - CNRS UMR 8216 






This email was sent to <<Email>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
CéSor · 14, cours des Humanités · Aubervilliers cedex 93322 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp