Copy
Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message,  consultez la copie web

Votre lettre Innate en actions
#49 | Octobre 2016

Bonjour,
Toute notre équipe est heureuse de vous retrouver pour ce numéro de votre lettre Club.

A la Une ce mois-ci, les données de tolérance publiées dimanche au congrès de l’ESMO et relatives aux essais en combinaison de lirilumab avec les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI) de notre partenaire Bristol-Myers Squibb. Nous en profitons pour vous donner également un aperçu des principales annonces qui ont fait l'actualité du congrès.  

Egalement, en prévision de notre participation à Actionaria en novembre, nous vous consultons sur vos attentes. Pour la première fois, Innate Pharma tiendra en effet une réunion actionnaires à l’occasion du salon. Posez-nous vos questions !

Vous retrouverez enfin vos rubriques habituelles : revue de presse, agenda et synthèse boursière.

En vous remerciant de votre fidélité, nous vous souhaitons une bonne lecture.
L’équipe Innate en Actions

À LA UNE : PREMIÈRES DONNÉES DE TOLÉRANCE POUR LES COMBINAISONS DE LIRILUMAB AVEC OPDIVO OU YERVOY

> 9 octobre : à l’occasion du Congrès annuel de l’ESMO (European Society for Medical Oncology) qui se tenait à Copenhague, le Dr Neil H. Segal, du Memorial Sloan-Kettering Cancer Center a présenté des données de tolérance des deux essais de Phase I testant lirilumab en combinaison avec les deux IPCI phares de Bristol-Myers Squibb, nivolumab (Opdivo®) et ipilimumab (Yervoy®) dans différentes tumeurs solides avancées.

Globalement, les résultats démontrent un profil de tolérance des patients traités par combinaison équivalent à celui des patients traités en monothérapie par nivolumab ou ipilimumab, en dehors de réactions liées au site d'injection de faible intensité connues pour être associées au lirilumab et parfaitement gérables cliniquement. Le détail des effets secondaires est présenté dans le communiqué.

Ces résultats sont importants car ils viennent s’ajouter à un ensemble de données indiquant que l’activation des cellules NK par un IPCI comme lirilumab est bien tolérée. Par ailleurs, alors que les combinaisons sont largement vues comme étant le futur des traitements par immunothérapies, la tolérance et en particulier l’absence d'aggravation des effets secondaires deviennent clé.

Les données préliminaires d’efficacité portant sur la combinaison de lirilumab avec nivolumab seront présentées à la conférence 2016 de la SITC (du 9 au 13 novembre 2016, National Harbor, États-Unis).

Le poster (en anglais) est disponible sur le site internet d’Innate Pharma. Voir le poster.

RETOUR SUR LE CONGRÈS DE L’ESMO 2016

 
Sans surprise, l’immuno-oncologie a occupé une place centrale dans le congrès, en particulier dans le cancer du poumon. Le détail des résultats de la Phase III de nivolumab en première ligne dans ce cancer était très attendu.
Pour rappel, le produit avait surpris cet été en échouant à démontrer un bénéfice pour la population globale dans cette indication, alors que pembrolizumab (Keytruda®) avait montré un bénéfice chez les patients exprimant fortement PD-L1. Cet échec a entrainé une révision à la baisse de la position compétitive de BMS dans l’indication du cancer du poumon (voir la dernière lettre club). Aussi, le détail des résultats et les explications potentielles étaient très attendus.
Si les populations observées entre le bras actif et le bras contrôle de l’étude négative n’étaient pas totalement équivalentes (notamment le ratio H/F et certains facteurs comme la présence ou non de métastases hépatiques et l'expression de PD-L1), et si le bras contrôle, traité par chimiothérapie, a eu une performance « en haut de la fourchette », il ne ressort pas, à l'étude plus approfondie des données, d’explication réellement satisfaisante. Plus surprenant encore, l’analyse par le niveau d’expression de PD-L1 ne montre pas de bénéfice de nivolumab dans les populations équivalentes à celles qui ont répondu au traitement avec le pembrolizumab. Pas de bonne surprise pour BMS donc, et une nouvelle démonstration que les jeux sont très serrés entre les acteurs de l'immuno-oncologie !

Le challenger dans cette indication, Roche, a présenté des résultats intéressants en monothérapie avec son anti-PD1 atezolizumab (Tecentriq®) intéressants en deuxième ligne du cancer du poumon, et ce d’autant plus qu’un bénéfice est observé pour tous les patients, même n’exprimant pas ou peu PD-L1.

Parmi les autres points d’intérêt de ce congrès figurent des résultats de la combinaison de nivolumab et ipilimumab d’un côté, et de pembrolizumab et d’une chimiothérapie de l’autre, également dans le cancer du poumon. Des données préliminaires mais encourageantes pour les deux stratégies. Elles montrent notamment le potentiel d’un bénéfice de survie dans la combinaison d’inhibiteurs de point de contrôle (« long tail ») pour les patients exprimant PD-L1. En contraste, l’intérêt de la combinaison avec la chimiothérapie pourrait être supérieur chez les patients n’exprimant pas PD-L1. Des données préliminaires, donc, mais qui renforcent l’intérêt pour les combinaisons.

Les données relatives à ipilimumab en traitement adjuvant du mélanome ont été mises à jour, avec présentation des données de survie. Avec un suivi de plus de 5 ans, les patients traités par ipilimumab ont une survie statistiquement meilleure que les patients traités par placebo (réduction d’environ un tiers du risque de décès). Ces données illustrent le potentiel de l’immunothérapie en situation adjuvante, c’est-à-dire après une intervention chirurgicale et l’ablation de la tumeur. Pour rappel, ipilimumab est déjà approuvé comme traitement adjuvant du mélanome par la FDA.

Enfin, d’autres résultats ont retenu beaucoup d’attention dans ce congrès bien que ne relevant pas de l’immunothérapie :
  • Une petite molécule de thérapie ciblée (niraparib) qui a montré des résultats de Phase III spectaculaires dans le cancer de l’ovaire, avec une réduction de 55% à plus de 70% du risque de progression de la maladie selon les sous-types, chez des patientes ayant répondu à une thérapie à base de sels de platine. Le cancer de l’ovaire est la cause la plus fréquente de décès dû à un cancer gynécologique et constitue un très fort besoin médical.
  • De même, le ribociclib, une autre petite molécule de thérapie ciblée, a montré, en combinaison avec une hormonothérapie standard (létrozole), une amélioration très significative de la survie sans rechute, avec une diminution du risque de plus de 40%.

INNATE PHARMA PARTICIPE AU SALON ACTIONARIA LES 18 ET 19 NOVEMBRE


La 19ème édition du salon Actionaria se déroulera les 18 et 19 novembre prochains au Palais des Congrès de Paris. Cette année encore, nos équipes seront présentes pour rencontrer les investisseurs individuels dans l’espace Small & Midcaps.

Pour la première fois, nous organisons une Réunion Actionnaires à l’occasion du salon. Elle se déroulera le vendredi 18 novembre à 11h. Afin de préparer cette réunion, nous souhaitons recueillir vos commentaires et suggestions.


Répondez à notre enquête Actionaria

Plus d'info sur le salon : www.actionaria.com

REVUE DE PRESSE

Retrouvez les articles majeurs sur notre site: Visitez Innate "Live"
Suivez-nous sur
 Twitter et  LinkedIn

6 octobre : Investir – Quatre valeurs qui pourraient réveiller les biotechs d’ici à la fin de l’année

6 octobre : Go Met’ – Martine Vassal face aux patrons de Marseille Immunopole : comment accélérer malgré les contraintes

5 octobre : Investir – Innate Pharma bientôt sous les projecteurs avec un portefeuille très riche (article payant)

30 sept. : Le Revenu Hebdo – Innate Pharma : Actualités en vue (magazine papier)

29 sept. : Le Revenu web – Innate Pharma : tout pour plaire

RENDEZ-VOUS INVESTISSEURS

  • Portzamparc Biotech Conference – Paris, 19 octobre 2016
  • Bryan Garnier Annual Healthcare Conference – Paris, 14 et 15 novembre 2016
  • Salon Actionaria – Paris, 18 et 19 novembre
  • Citi Global Healthcare Conference – New York, 7 et 8 décembre 2016

SYNTHÈSE BOURSIÈRE

En septembre, le titre Innate Pharma surperforme à la fois les indices globaux et sectoriels. Le titre progresse de 6,8% sur un mois tandis que le SBF 120 est en hausse de 0,4%.
Le secteur biotech a retrouvé des couleurs avec une hausse mensuelle de 3,1% de l’indice européen Next Biotech et une progression équivalente du Nasdaq Biotech Index américain (+3%). Cette tendance se poursuit sur les premiers jours d’octobre.
En termes de volumes d’échange, on note également une légère reprise des échanges par rapport au mois d’août, traditionnellement plus calme. 11,2% du capital ont été échangés sur le mois.

La société de droit américain Perceptive Advisors, LLC, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la gestion, a déclaré avoir franchi en hausse, le 19 septembre 2016, les seuils de 5% du capital et des droits de vote d'Innate Pharma, et détenir, pour le compte desdits fonds 5,01% du capital et des droits de vote, après une acquisition d'actions sur le marché.

Au 30 septembre 2016


Dernier cours coté 11,01 €
Capitalisation boursière 593,4 m€
Volume échangé 6 032 905
En % du capital 11,2%


Depuis le 1er janvier 2016


Cours le + haut 14,83 €
Cours le + bas 8,26 €
Variation - 18,7%
Volume moyen quotidien 291 400

PUBLICATIONS FINANCIERES 2016

  • 3/11 : CA 3ème trimestre 2016

Votre contact Innate En Actions

117, Avenue de Luminy - BP 30191 13276 Marseille Cedex 09 - France - Tel: 04 30 30 30 87
E-mail : investors@innate-pharma.com
http://www.innate-pharma.com/  
Vous recevez cet email en tant que membre d'Innate en Actions, le club des actionnaires d'Innate Pharma  © Innate Pharma 2016.
Conformément à l'article 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (Déclaration CNIL n°1181416).






This email was sent to <<Adresse e-mail *>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Innate Pharma · 117, Avenue de Luminy - BP 30191 · Marseille 13009 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp